Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 23:20

Différentes apparitions des êtres, rôle écrasant des croyances, multiplicité des « moi », Proust.

Le narrateur observe les multiples « visages » d’Albertine, exilée triste, attirante, « petite chatte sournoise », perverse, malsaine…« Chacune de ces Albertines était différente comme est différente chacune des apparitions de la danseuse dont sont transmutées les couleurs, la forme, le caractère, selon les jeux innombrablement variés d’un projecteur lumineux ». Et les différentes facettes du sujet ont une incidence directe sur le comportement d’autrui : lui-même selon les « Albertines » devient « un jaloux, un indifférent, un voluptueux, un mélancolique, un furieux ».Et c’est là que Proust introduit une notion capitale, la croyance ( qu’il a évoquée déjà à propos de M.Vinteuil et de sa fille ) : « Car c’est toujours à cela qu’il fallait revenir, à ces croyances qui la plupart du temps remplissent notre âme à notre insu, mais qui ont pourtant plus d’importance pour notre bonheur que tel être que nous voyons, car c’est à travers elle que nous le voyons, ce sont elles qui assignent sa grandeur passagère à l’être regardé ». Il y a une multiplicité de « moi » et donc une multiplicité de noms à donner à ces différents « moi ». Ici le narrateur remarque que « ces Albertines qui apparaissent par moi, jamais la même, comme, appelées simplement par moi pour plus de commodité "la mer", ces mers qui se succédaient et devant lesquelles, autre nymphe, elle se détachait ». On voit le rôle écrasant des croyances que nous nous faisons des êtres.

Key word

: multiples visages, petite chatte sournoise, perverse, malsaine, différentes apparitions, facettes du sujet qui ont une incidence sur le comportement d’autrui, jaloux, indifférent, voluptueux, mélancolique, furieux, les croyances qui remplissent notre âme à notre insu, les croyances ont plus d’importance pour notre bonheur que tel être que nous voyons, multiplicité de moi, nymphe, rôle écrasant des croyances.

Key names

: Proust, Albertine, M.Vinteuil et sa fille.

Key works

: Du côté de chez Swann, A l’ombre des jeunes filles en fleurs ( Proust ).

L’île de notre nostalgie ( 2.2.q ).

Patrice Tardieu

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans personnages
commenter cet article
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 20:30

Mais peut-on dire qu’Ingres s’identifie au fils ? Nous avons le témoignage précieux de Raymond Balze qui peignit tout le fond du tableau de 1840 et acheva, à la mort du maître, celui de 1866. Ingres mimait à la perfection et sans crainte du ridicule, étant donnée sa corpulence, le personnage du père, Seleucos, pour servir de modèle (les élèves et condisciples d’Ingres ont toujours pris une part active dans ses oeuvres ; ainsi les fonds du portrait du peintre François-Marius Granet auraient été exécutés par Granet). Plus étonnant encore : c’est Mme Ingres qui joua le rôle du médecin très masculin et le peintre Hippolyte Flandrin, celui d’Antiochus allongé, que nous avions confondu avec une femme !

Cependant qui prit l’attitude pour l’idole ? Personne ! Il s’agit d’un marbre antique des Giustiniani, dit « la Pudicité », qu’Ingres avait copié durant son séjour à Rome et qu’il réutilisera dans son célèbre portrait en pied de la Comtesse d’Haussonville, à la longue robe ondulante de satin gris-bleu déployant sa magnificence. Il existe encore un très beau dessin du drapé de Stratonice au crayon noir et estompe sur papier beige, dont Degas s’inspirera sans doute. Le visage de l’idole ressemble à celui de la Fornarina, simple fille d’un boulanger, qui posa pour Raphaël et qu’il aima. Ingres représenta plusieurs fois cette intimité du peintre romain et de son modèle. David, qui avait eu le prix de Rome en 1774 avec un tableau intitulé Erasistrate découvrant la cause de la maladie d’Antiochus et chez qui Ingres avait étudié, avait représenté le peintre Apelle amoureux de son modèle Campaspe, maîtresse d’Alexandre le Grand (macédonien comme Démétrius) qui la lui avait finalement cédée 4 ! Une autre source pouvant être le tableau de Poussin la mort de Germanicus pour la gestuelle des personnages.

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans personnages
commenter cet article

Articles Récents

Liens