Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 22:56

J’ai vu de dos celui qui a posé son regard sur moi, l’Autre, voir Dieu face à face, thanatos, Sartre, Thomas Römer.

Je reviens un instant sur le problème d’une personne « perçue de dos » et sur celui du « face à face ». Je rappelle que « l’objet » est ce qui est « là devant » (« objectum ») sans aucun jugement de valeur, par exemple Pierre regarde Jacques implique que Jacques est « l’objet » du regard de Pierre, et que Pierre est dans la position de « sujet » qui regarde, ou inversement si c’est l’inverse. Cette problématique longuement étudiée avec de nombreux concepts par Sartre dans l’Être et le Néant ( p.310 à p.364, éd. Bibliothèque des Idées ) est , sans qu’il le sache, à la base, un problème biblique ! La traduction de Genèse, 16,13 est reconnue comme très difficile. Il s’agit de Hagar, la servante égyptienne avec laquelle Abram ( qui deviendra Abraham ) va avoir un fils, Ismaël. La traduction de Frédéric Boyer et Jean L’Hour va retenir notre attention : « Elle donna à Yhwh [ Yahvé, un des noms de Dieu dans l’Ancien Testament ], qui lui avait parlé, le nom d’El-Roï [ qui signifie « Dieu qui me voit »]. Car, dit-elle, ici j’ai vu de dos celui qui a posé son regard sur moi ». Selon Thomas Römer, le texte massorétique ( celui que nous avons est celui des massorètes qui l’ont fixé ) est surprenant et intraduisible, elle voit de dos ! Il s’agirait d’une correction dogmatique qui veut éviter qu’Hagar vît Dieu en face à face alors que cela a été impossible à Moïse ! Le texte en grec ( traduction d’un texte plus ancien non déformé ) dit : « J’ai vu Dieu et je suis restée en vie ».Or, dans l’épisode du buisson ardent, « Moïse se cacha le visage, car il craignait de regarder Dieu » ( Exode, 3, 6 ). On ne doit pas voir l’Autre face à face, sinon au moment de la mort.

Key word

: perçu de dos, face à face, objectum, objet là devant, objet du regard, sujet qui regarde, j’ai vu de dos celui qui a posé son regard sur moi, elle voit de dos, texte massorétique, voir Dieu face à face, j’ai vu Dieu et je suis restée en vie, cacher son visage par crainte de voir Dieu et périr.

Key names

: Sartre; Hagar, Abram ( Abraham ), Ismaël, Moïse; Yhwh ( Yahvé ), El-Roï; Frédéric Boyer, Jean L’Hour; Thomas Römer.

Key works

: l’Être et le Néant ( Sartre ); la Bible, nouvelle traduction, éd. Bayard, 2001; Genèse 16, 13; Exode, 3, 6; Thomas Römer, cours du Collège de France, 2009, la formation du cycle d’Abraham.

L’île de notre nostalgie ( 2.3.r ).

Patrice Tardieu

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans thanatos
commenter cet article
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 21:56

Tendresse, temps, transparence des souvenirs, vision de l’âme; notre corps cet inconnu, cette pieuvre; Proust.

Le narrateur a hâte de revoir sa grand-mère, après avoir eu le « fantôme » de sa voix au téléphone, dans l’appartement vide. Il la surprend en train de lire, elle ne l’a pas encore vu. Il assiste donc à sa « propre absence »; il est là comme un photographe étranger « qui vient prendre un cliché des lieux qu’on ne reverra plus ». Normalement nous voyons les êtres chers à travers notre tendresse de toujours sans observer objectivement leurs traits ni leur transformation. Cette tendresse nous cache « l’être nouveau que cent fois par jour elle revêtait d’une chère et menteuse ressemblance » ainsi que la révélation de la vieillesse et de la mort possible. « Moi pour qui ma grand-mère c’était encore moi-même, moi qui ne l’avais jamais vue que dans mon âme, toujours à la même place du passé, à travers la transparence des souvenirs contigus et superposés, tout d’un coup, dans notre salon qui faisait partie d’un monde nouveau, celui du temps […], pour la première fois et seulement un instant, […] j’aperçus sur le canapé, […] rouge, lourde et vulgaire, malade, rêvassant, promenant au-dessus d’un livre des yeux un peu fous, une vieille femme accablée que je ne connaissais pas ».

Le narrateur aura encore l’occasion d’avoir cette vision de sa grand-mère aux Champs-Élysées. Il fait la remarque suivante : « c’est dans la maladie que nous nous rendons compte que nous ne vivons pas seuls, mais enchaînés à un être d’un règne différent, dont des abîmes nous séparent, qui ne nous connaît pas et duquel il est impossible de nous faire comprendre : notre corps. […] Demander pitié à notre corps, c’est discourir devant une pieuvre ». Un médecin savant et lettré donne ce conseil à sa grand-mère : « Allez aux Champs-Élysées, Madame, près du massif de lauriers qu’aime votre petit-fils. Le laurier vous sera salutaire. Il purifie. Après avoir exterminé le serpent Python, c’est une branche de laurier à la main qu’Apollon fit son entrée dans Delphes ». Mais cette promenade ne sera pas plus bénéfique que les remèdes des autres médecins.

Key word

: grand-mère, petit-fils, fantôme de sa voix, appartement vide, assister à sa propre absence, prendre un cliché des lieux qu’on ne reverra plus, tendresse, dissimulation des transformations de la vieillesse et de la mort de l’être cher, vision dans l’âme, à la même place dans le passé, transparence des souvenirs contigus et superposés, notre corps cet inconnu, notre corps cette pieuvre, règne différent, abîme.

Key names

: Proust, Amédée, Marcel, les Champs-Élysées, Apollon et Daphné, Apollon et Python, Apollon et Delphes. N.B.: Les Champs-Élysées, en dehors du fait d’être l’avenue la plus célèbre de Paris, est, dans la mythologie, le séjour des ombres probes ( grecques ou romaines ) cf. Virgile l’Énéide livre VI, Fénelon Télémaque.

Key works

: Le côté de Guermantes ( Proust ), les Métamorphoses ( Ovide ), I, 438 sqq. : Apollon, Python et Delphes; I, 452.sqq. : Daphné, le laurier; Femme-arbre, colère d’Éros contre Apollon, passion amoureuse inguérissable, Ovide avec Proust, Philo blog du 06/03/2012 ( Patrice Tardieu ).

L’île de notre nostalgie ( 2.2.z ).

Patrice Tardieu

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans thanatos
commenter cet article
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 22:54

Éros, Désir, Thanatos, adolescent androgyne, Visconti, Mahler, Thomas Mann et Proust, convergences et divergences.

Nous avons vu comment grâce à l’extra-temporellité Proust pense échapper à son être-à-la-mort, par le biais du Désir, par Éros qui le remplit de Vie. Nous allons confronter cette thèse avec celle de Thomas Mann. Proust a publié Du côté de chez Swann la même année que Thomas Mann La Mort à Venise, « Der Tod in Venedig ». Six ans plus tard, il publiera A l’ombre des jeunes filles en fleurs qui pourrait évoquer un cadre balnéaire quasi semblable ( mais pas géographiquement ) dans lequel un intellectuel rencontre un groupe de jeunes gens et une personne en particulier dont il tombe amoureux. Mais l’analogie s’arrête là car nous allons accentuer les différences de ces deux théories. Thomas Mann relie Éros et Thanatos, Proust les disjoint, bien que ni l’un ni l’autre ne fassent référence à Breuer ou à Freud ( dont la théorie va évoluer au cours des ans ), mais tous deux le font à Platon! En effet, Thomas Mann cite le Phèdre et fait allusion au Banquet et à la République; Proust a collaboré et écrit des articles dans une revue intitulée Le Banquet et dans une lettre il a soutenu que toute La Recherche était basée sur la réminiscence, terme platonicien par excellence, tout en l’opposant à la mémoire bergsonienne.

La référence de Thomas Mann, elle, est aussi à Schopenhauer qu’il a lu, étudiant, à vingt ans, et à Nietzsche. Le personnage principal de Thomas Mann est un certain Gustav Aschenbach, écrivain, mais qui reprend le prénom du compositeur Gustav Mahler mort à Vienne pendant que Thomas Mann était à Venise. On ne reprochera pas à Visconti de faire entendre le sublime adagietto de la cinquième symphonie à chaque fois qu’apparaît l’adolescent androgyne ( ou que, simplement il pense à lui, c’est un leitmotiv à la Wagner ), dont Aschenbach tombe amoureux ( comme Socrate du jeune Phèdre dont il caresse les cheveux sous le gattilier en fleurs ) dans son film Mort à Venise, redonnant à Aschenbach sa qualité de musicien. Notons que le philosophe Théodor W.Adorno a vu en Mahler « le compositeur le plus métaphysique depuis Beethoven ».Nous reviendrons sur tout ceci dans un prochain article.

Key word

: extra-temporellité, être-à-la-mort, Désir, Éros, Vie, tomber amoureux, Éros et Thanatos, réminiscence terme platonicien, mémoire bergsonienne , écrivain, musicien, sublime adagietto, adolescent androgyne, gattilier en fleurs, le compositeur le plus métaphysique.

Key names

: Proust, Thomas Mann, Breuer, Freud, Platon, Bergson, Schopenhauer, Nietzsche, Gustav Mahler, Gustav Aschenbach, Wagner, Visconti, Socrate, Phèdre ( Phaidros ), Theodor W.Adorno.

Key works

: La mort à Venise ( Thomas Mann ), Phèdre, Le Banquet, La République ( Platon ), Matière et Mémoire ( Bergson ),Le Monde comme Volonté et Représentation ( Schopenhauer ), Par-delà Bien et Mal ( Nietzsche ), Mahler une physionomie musicale ( Theodor W.Adorno ), Mort à Venise ( film de Visconti avec Dirk Bogarde, Björn Andresen, Silvana Mangano, Marisa Berenson ), Symphonie n°5 en ut dièse mineur ( Gustav Mahler ).

L’île de notre nostalgie ( 2.2.h ).

Patrice Tardieu

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans thanatos
commenter cet article
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 23:34

Étreinte refusée, le non-être-à-la-mort, aimer à la folie, conduite licencieuse, vertu, Proust et Heidegger.

Nous avons laissé le narrateur dans une exaltation extraordinaire : « La mort [ Thanatos ] eût dû me frapper en ce moment que cela m’eût paru indifférent ou plutôt impossible, car la vie n’était pas hors de moi, elle était en moi; j’aurais souri de pitié si un philosophe eût émis l’idée qu’un jour même éloigné, j’aurais à mourir, que les forces éternelles de la nature me survivraient, […] comment le monde eût-il pu durer plus que moi, puisque je n’étais pas perdu en lui, puisque c’était lui qui était enclos en moi ». On voit là un mortel qui fait l’expérience de l’éternité, qui n’est plus un « être-à-la-mort » ( selon l’expression de Lévinas traduisant le « Sein zum Tode » de Heidegger, se calquant sur l’expression française « aimer à la folie »). Il est tout entier Désir [ Eros ] : « J’allais savoir l’odeur, le goût, qu’avait ce fruit rose inconnu ». Il se jette sur elle, mais elle refuse l’étreinte.

Il repasse dans sa tête toutes les hypothèses qu’il avait faites sur elle. « J’avais cru que l’amour que j’avais pour Albertine n’était pas fondé sur l’espoir de la possession physique. Pourtant quand il m’eût paru résulter de l’expérience de ce soir que cette possession était impossible et qu’après n’avoir pas douté le premier jour, sur la plage qu’Albertine ne fût dévergondée, puis être passé par des suppositions intermédiaires, il me sembla acquis d’une manière définitive qu’elle était absolument vertueuse ». Elle ne lui apparaît plus que comme « une poupée de cire ».

Key word

: exaltation extraordinaire, la mort indifférente ou plutôt impossible, la vie n’est pas hors de nous mais en nous, les forces de la nature, nous ne sommes pas perdu dans le monde c’est le monde qui est enclos en nous, un mortel qui fait l’expérience de l’éternité, l’être-à-la-mort, le « Sein zum Tode » heideggérien, aimer à la folie, Désir, amour sans possession physique, conduite licencieuse, vertu, poupée de cire, Eros et Thanatos.

Key names

: Proust, Albertine, Lévinas, Heidegger.

Key works

: Être et temps ( Heidegger ), La mort et le temps ( Lévinas ), Heidegger, l’être-à-la-mort ( Patrice Tardieu, Philo blog 06/06/2011 ), A l’ombre des jeunes filles en fleurs ( Proust ), Malaise dans la civilisation ( Freud ).

Key word (allemand ):

Sein zum Tode.

L’île de notre nostalgie ( 2.2.g ).

Patrice Tardieu

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans thanatos
commenter cet article
20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 11:10

Cependant pourquoi relier ainsi toujours le personnage à la mort? Une clef nous est donnée par Poussin lui-même dans L’empire de Flore, où l’on assiste au suicide d’Ajax en même temps qu’à la floraison de l’oeillet à l’endroit précis où est posée l’épée meurtrière. Il s’agit d’exprimer la mort et la résurrection de la nature, le cycle des saisons.

Mais essayons d’expliquer encore plus précisément la liaison entre le narcissisme et la mort. Paul Valéry dans Fragments du Narcisse écrit :

        « Mais moi, Narcisse aimé, je ne suis curieux

                        Que de ma seule essence;

        Tout autre n’a pour moi qu’un coeur mystérieux,

                        Tout autre n’est qu’absence. [...]

        L’âme, l’âme aux yeux noirs, touche aux ténèbres mêmes,

        Elle se fait immense et ne rencontre rien...

        Entre la mort et soi, quel regard est le sien! »

                                               (II, 83-86; III, 41-43)

On sait que le poète fut frappé par une plaque de marbre du jardin botanique de Montpellier qui portait l’inscription : « placandis Narcissae manibus » (  « pour apaiser les mânes de Narcissa »). Cette mystérieuse jeune femme morte déclencha toute la réflexion sur cette rencontre avec soi-même et la mort. Que sommes-nous? Qui sommes-nous dans le miroir : le regardant ou le regardé? Peut-on véritablement se regarder (4)? Peut-on se rejoindre sans se détruire? Peut-il y avoir fusion entre soi et l’image de soi sans passer à travers le miroir de la mort? Nous retrouvons l’ « ek-stase » vers le Rien d’Oedipe, « où s’égare celui qui maudit le soleil! » (7). C’est ce rien, ce néant qui fait la fascination de la mort. Peut-être en fin de compte n’y a-t-il que celle-ci qui se retourne sur elle-même? Il vaudrait mieux parler alors du non-soi du sujet, car Narcisse ne peut véritablement rien étreindre et ravir de lui-même sans tré-passer. Aucune image n’est le sujet, mais le sujet n’est rien sans image. Remémorons-nous le suicide du psychiatre Gaëtan Gatian de Clérambault  (seul « maître », avec Kojève, du psychanalyste Jacques Lacan, théoricien du « stade du miroir ») qui s’est donné la mort devant une glace. Sans doute voulait-il « regarder la mort en face »? Mais au moment même où on la regarde, on n’est plus.

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans thanatos
commenter cet article

Articles Récents

Liens