Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 23:38

Brahmanisme qui vit de dons qu’il prétend refuser, gigantesque potlatch avec perte, femme polyandre.

Mauss développe aussi sa théorie du don à travers le livre sacré de l’Inde, le Mahâbhârata, la grande geste poétique du roi Bhârata et de ses descendants, de deux cent cinquante mille vers! Mauss en a une interprétation très particulière puisqu’il en écarte tout aspect poétique ou théologique. Il insiste sur le culte de la vache en Inde et y lit la division en castes héréditaires de l’hindouisme: en premier celle des prêtres, les brahmanes, en second celle des guerriers, en troisième celle du peuple (cultivateurs, marchands, artisanat libre), en quatrième celle des serviteurs (domestiques, manœuvres, artisans sous un maître) et enfin en dehors et au-dessous des castes, les impurs, les « parias ». Il y a « un gigantesque potlatch » selon Mauss dans l’épisode du jeu de dés entre les Kauravas contre les Pandavas où une des fratries perd la totalité de tout ce qu’elle possède: six mille servantes, cinq mille serviteurs, eux-mêmes, et leur femme polyandre qui proteste car elle ne peut être donnée après qu’ils se sont perdus. Mais elle sera donnée tout de même et bien que sa robe soit tachée de sang menstruel! Tout ce système est une ruse du brahmanisme d’après Mauss: « les malins brahmanes ont chargé les dieux et les mânes des morts de rendre les présents qu’on leur fait à eux.[…]Cette caste entière, qui vit de dons, prétend les refuser ».

Key word

: la grande geste poétique et théologique de l’Inde, culte de la vache, division en castes héréditaires, les prêtres, les guerriers, le peuple, les serviteurs, les hors castes les parias, gigantesque potlatch avec perte totale, femme polyandre, Brahmanisme, caste qui vit de dons qu’elle prétend refuser.

Key names

: le roi Bhârata, les Kauravas, les Pandavas; Mauss.

Key works

: le Mahâbhârata, la Bhagavad-Gîtâ; Mauss, Essai sur le Don.

Patrice Tardieu

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans l'échange
commenter cet article
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 23:16

Prestige, Pouvoir, Richesse, comment obtenir les trois biens rares par nature, Jean Baechler, Mauss.

On sait, avec Jean Baechler, qu’il y a trois biens rares par nature: le prestige, le pouvoir, la richesse. En effet si tout le monde pouvait imposer sa volonté à tout le monde, il n’y aurait plus de pouvoir, si tout le monde avait le même prestige vis-à-vis de tout le monde, il n’y aurait pas de prestige, et si tout le monde avait la même chose, il n’y aurait pas de richesse, on est toujours pauvre ou riche par rapport à un autre. Je me demande si le potlatch décrit par Mauss ne permet pas de cumuler prestige, pouvoir, richesse. En effet ce gâchis inouï pendant les fêtes primitives avec destruction de ce qu’il y a de plus précieux: nourriture, biens longtemps amassés, vies humaines ( celles des esclaves), ce combat de « pure générosité » entre clans, tribus, sociétés, pose question. Cela semble une pure exaltation du « moi » de chaque clan, tribu ou société, une prodigalité pour éblouir l’autre ou même le plaisir de détruire pour détruire. Mais telle n’est pas la thèse de Mauss: « le motif de ces dons et de ces consommations forcenées, de ces pertes et de ces destructions folles de richesses, n’est, à aucun degré, désintéressé.[…]Par ces dons, c’est la hiérarchie qui s’établit ». Et il ajoute: « être le premier, le plus beau, le plus chanceux, le plus fort et le plus riche, voilà ce qu’on cherche et comment on l’obtient ».

Key word

: prestige, pouvoir, richesse; potlatch, destruction, gâchis inouï, combat de pure générosité, exaltation du « moi », prodigalité, plaisir de détruire pour détruire, but qui n’est pas désintéressé.

Key names

: Jean Baechler, Marcel mauss.

Key works

: Jean Baechler, les phénomènes révolutionnaires; Qu’est-ce que l’idéologie?; le Pouvoir pur. Marcel Mauss, Essai sur le don.

Patrice Tardieu

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans l'échange
commenter cet article
22 avril 2013 1 22 /04 /avril /2013 22:53

Michel Foucault qui ne voulait être vu par le panoptique de Bentham; gaspillage et destruction de l’utile.

Qu’y-a-t-il de plus précieux aux yeux des hommes? Ce n’est pas l’utile, c’est le superflu! Telle est la thèse de Mauss qui s’attaque à « l’utilitarisme » au sens large et non à « l’utilitarian » qu’était Jeremy Bentham et son « arithmétique des plaisirs », oui, l’auteur du « panoptique » si décrié par Michel Foucault qui n’aurait pas autant accablé Bentham, s’il avait su qu’il était pour la dépénalisation de l’homosexualité, la défense de l’homosexuel, (clef de l’œuvre et) cœur de l’obsession de Foucault de n’être pas vu comme tel. Et encore moins « l’utilitarianism » de John Stuart Mill qui était en faveur du vote des femmes, d’une réforme électorale pour les noirs de la Jamaïque et d’une loi agraire pour les paysans irlandais.

Mauss fait remarquer que dès le paléolithique on voit apparaître bijoux, parures et que dans les sociétés archaïques ce qui est le plus prisé ce sont les bracelets, les colliers, les cuivres blasonnés, les ornements avec plumes, les cornes sculptées, les coquillages décoratifs, les dents de cachalot autour du cou, la conque dans laquelle on souffle. Durant les fêtes on consomme inutilement de grandes quantités de nourriture sous peine de ne pas « faire honneur », il faut tout ingurgiter! L’être humain n’est pas « l’homo oeconomicus » froid et rationnel que l’on nous présente. Depuis la préhistoire, il convoite des choses parfaitement inutiles et il gâche ou détruit des biens utiles et nécessaires longuement et péniblement accumulés…

Key word

: l’utile, le superflu, l’utilitarianism, arithmétique des plaisirs, le panoptique, l’homosexualité qui ne doit être ni vue ni avouée dans le point de vue obsessionnel de Michel Foucault, les fêtes primitives, destruction de biens utiles et nécessaires longuement et péniblement accumulés.

Key names

: Jeremy Bentham, John Stuart Mill, Michel Foucault, Didier Eribon, Marcel Mauss.

Key works

: Jeremy Bentham, Introduction to the principles of Morals and Legislation. John Stuart Mill, De l’assujettissement des femmes, De la Liberté, l’Utilitarisme (traduction française de « Utilitarianism »), Michel Foucault, Surveiller et Punir, III, III, le panoptisme. Didier Eribon, Michel Foucault. Mauss, Essai sur le Don.

Patrice Tardieu

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans l'échange
commenter cet article
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 22:56

Le temps du don et du contre-don, le crédit est premier dans l’évolution des échanges, nécessité de l’intervalle temporel selon Mauss.

Selon Mauss, dans la théorie de l’évolution des échanges, on croit que l’on est passé du troc (premier moment) à la vente au comptant (deuxième moment), à la vente à crédit (troisième moment). Mais l’observation des échanges dans les sociétés archaïques montre le contraire: le crédit est premier. « le temps est nécessaire pour exécuter toute prestation » (chapitre II, III) contrairement à la prétention de Pierre Bourdieu qui affirme que cette question de l’intervalle temporel est absente chez Mauss (et Lévi-Strauss). Car, écrit Mauss, pour rendre le don par un contre-don, du temps s’est écoulé. Par exemple, après avoir reçu une natte richement décorée, au bout d’un an, il faudra en rendre deux (taux usuraire 100%!). « Il est, dans toute société possible, de la nature du don d’obliger à terme » (laps de temps où il faut effectuer le contre-don, le terme étant échu). On ne peut rendre immédiatement l’invitation à un repas, à un mariage, à une célébration, à une visite, ou toute autre fête. Conclusion: « le don entraîne nécessairement la notion de crédit », qui donc est première dans les échanges.

Key word

: théorie de l’évolution des échanges, troc, vente au comptant, vente à crédit, nécessité du laps de temps, le don oblige à terme.

Key names

: Mauss, Pierre Bourdieu, Lévi-Strauss.

Key works

: Marcel Mauss, Essai sur le Don. Pierre Bourdieu, Raisons pratiques. Claude Lévi-Strauss, Anthropologie structurale.

Patrice Tardieu

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans l'échange
commenter cet article
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 23:25

Monnaie vivante, échange de femmes comme potlatch, simulacre, talisman, Mauss, Klossowski.

Cette théorie de Mauss sur l’échange de femmes comme potlatch n’est pas sans évoquer pour moi celle de Pierre Klossowski dans la Monnaie Vivante. D’autant plus que la conception de Mauss est universaliste. Les cadeaux qu’un homme donne à une femme ne sont pas sans arrière-pensée et, si elle les accepte, elle s’oblige à « quelque chose ». C’est ce que Klossowski appelle « la récupération de la plus-value »! L’ouvrage de Mauss commence par une épigraphe faite de citations d’un vieux poème scandinave dont celles-ci: « Un cadeau donné attend toujours un cadeau en retour » et il faut « rendre cadeau pour cadeau » que Mauss commente ainsi: « Dans la civilisation scandinave et dans bon nombre d’autres, les échanges et les contrats se font sous la forme de cadeaux, en théorie volontaires, en réalité obligatoirement faits et rendus ». Klossowski introduit le concept de simulacre. Mauss pour expliquer l’origine de la monnaie considère trois phases: d’abord il y a des objets considérés comme précieux et magiques, ensuite ceux-ci commencent à circuler par le système du don et du contre-don, enfin ils deviennent mesure des échanges. Le talisman est devenu monnaie d’échange.

Key word

: échange de femmes comme potlatch, la monnaie vivante; simulacre, talisman.

Key names

: Mauss, Pierre Klossowski.

Key works

: Patrice Tardieu, Simulacre, désir, fantasme, Sade, Klossowski, Aron, la monnaie vivante, Philo blog 03/09/2012. Pierre Klossowski, la Monnaie vivante, avec une lettre-préface de Michel Foucault. Marcel Mauss, Essai sur le Don.

Patrice Tardieu

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans l'échange
commenter cet article
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 23:31

Lumière éclatante sur les rapports sexuels, mariage, le « champ » de la femme, Mauss, Malinowski.

Mauss soutient donc que l’échange de femmes et le mariage sont une partie du potlatch. Il cite les jets de monnaie par le cortège du mariage en Chine et même le prix d’achat de la fiancée. Il remarque que les colliers ouvrés en nacre du spondyle rouge sont solennellement portés par les femmes aux Trobriand, comme les cuivres blasonnés du nord-ouest du continent américain, qui serviront de monnaie d’échange selon sa théorie. Il n’y a pas seulement des prestations d’hospitalités de nourriture mais aussi de femmes à Sinaketa ( Mélanésie ). Finalement l’ethnologie, surtout celle de Malinowski, a fait, selon Mauss une découverte considérable sur les rapports entre les sexes à l’intérieur du mariage: « les services de toutes sortes rendus à la femme par le mari sont considérés comme un salaire-don pour le service rendu par la femme lorsqu’elle prête ce que le Coran appelle encore le "champ" ». Je vais éclairer cette référence: il s’agit de la Sourate II, verset 223: « Vos femmes sont pour vous comme un champ de labour. Allez à votre champ comme et quand vous le voulez… »( Sourate Al-Baqarah ). Pour Mauss, cela « jette une lumière éclatante sur tous les rapports sexuels dans toute l’humanité ».

Key word

: mariage, échange de femmes, potlatch, jets de monnaie, objets de parade, prestations d’hospitalité, salaire-don, le « champ », lumière éclatante sur les rapports sexuels.

Key names

: Mauss, Malinowski.

Key works

: Coran, Sourate II, Al-Baqarah, verset 223. Marcel Mauss, Essai sur le Don. Bronislaw Malinowski, les Argonautes de l’Ouest du Pacifique.

Patrice Tardieu

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans l'échange
commenter cet article
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 22:55

Mariage, don et contre-don de femmes, alliance fondatrice, sinon guerre, esclavage, cannibalisme, Mauss, Montaigne, Lévi-Strauss.

Mauss remarque que finalement tout est matière à don et contre-don: « nourriture, femmes, enfants, biens… » et que le mariage est un échange de femmes entre clans, tribus. L’exogamie, le fait que tout mariage ( « gamos ») soit hors ( « exô ») de la famille permet de créer des liens extérieurs par l’échange de femmes de part et d’autre ce qui permet d’assurer la paix par des alliances. Le fait d’interdire le mariage à l’intérieur de la famille n’est pas purement négatif ou comme le dit Lévi-Strauss « le contenu de la prohibition n’est pas épuisé dans le fait de la prohibition », cette règle culturelle universelle garantit et fonde la société et surtout permet d’éviter le plus souvent la guerre. En effet, dans les sociétés « archaïques » étudiées par Mauss, cette dernière se termine inévitablement par des prises de guerre avec deux possibilités: soit le prisonnier devient esclave, soit il est mangé comme c’était le cas chez les Tupinamba du Brésil observés au seizième siècle par Jean Lévy, et admirés par Montaigne ( coutume encore en vigueur secrètement actuellement en Irian Jaya ) avec cette réflexion: « chacun appelle barbarie ce qui n’est pas de son usage ».

Key word

: don et contre-don, mariage, exogamie, paix, alliance, règle culturelle universelle; en cas de guerre, le prisonnier soit devient esclave, soit est mangé.

Key names

: Mauss, Lévi-Strauss, Jean Lévy, Montaigne.

Key works

: Marcel Mauss, Essai sur le Don. Claude Lévi-Strauss, les Structures élémentaires de la Parenté. Montaigne, Essais, livre I, chapitre XXXI, des Cannibales.

Patrice Tardieu

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans l'échange
commenter cet article
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 23:13

Lier, attacher, nouer, entrelacer, l’obligation de rendre et l’assujettissement dans le monde romain, équivalent du potlatch.

On retrouve un équivalent du potlatch dans le Droit romain très ancien. Le mot « nexus » signifie entrelacement, lien, nouage ( comme la « dexis » grecque, secret de la mise en intrigue tragique, en connexion avec la « lysis », fait de dénouer, pour Aristote ). Ce mot de « nexus » signifie même étreinte qui lie deux personnes ensemble amicalement ou sexuellement ( c’est le titre d’un livre d’Henry Miller!), mais aussi « nexum » ( ou « nexus ») désigne un contrat de vente, une obligation de rendre, un assujettissement et finalement l’esclavage pour dettes, du verbe « necto », lier, attacher, nouer et au passif, être enchaîné, emprisonné pour dettes. Le « nexus » est alors le débiteur insolvable, esclave de son créancier. On se souvient que les sociétés premières, dans le potlatch, détruisent leur bien le plus précieux. Or dans le Droit romain les esclaves font partie des biens essentiels, ils sont inclus dans la « familia » qui comprend la famille mais aussi tout ce qui se trouve dans la maison, acquis par mancipation, c’est-à-dire que l’on prend ( « capio ») en main ( « manus »). Et « mancipium » est toute chose acquise en toute propriété, notamment les esclaves. Rappelons que la « patria potestas », le pouvoir paternel, est de vie ou de mort sur les esclaves et les enfants.

Key word

: potlatch, nexus, entrelacement, lien, nouage, dexis, lysis, mise en intrigue tragique, nexum, obligation de rendre, assujettissement, esclavage pour dettes, débiteur insolvable, les esclaves biens essentiels, mancipation, patria potestas.

Key names

: Aristote, Marcel Mauss, Henry Miller.

Key works

: Aristote, Poétique. Mauss, Essai sur le Don. Henry Miller: Nexus.

Patrice Tardieu

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans l'échange
commenter cet article

Articles Récents

Liens