Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

13 septembre 2013 5 13 /09 /septembre /2013 23:15

Expirer en jouissant, volupté excessive, picotement des nerfs, combat des Parques et de Vénus, Sade.

Les voyageurs, bien que prévenus par Justine, subissent les assauts sexuels des tenanciers lubriques qui les tuent ensuite. Pour la d’Esterval, il est délicieux de tromper les hommes et « divin » de les faire expirer en jouissant: c’est le combat des Parques [ainsi nommées par antiphrase car elles n’épargnent (« parcere » en latin, « épargner ») personne puisqu’elles filent le destin de chacun et que la dernière, « Atropos »( « l’Inflexible ») coupe le fil de la vie] et de Vénus! En effet, « la dépravation est l’assaisonnement du plaisir » et « que serait la volupté sans excès? ». Son imagination lui suggère d’étendre ses désirs sur la terre entière car « c’est de la douleur occasionnée aux autres que naissent les plus doux plaisirs » en s’approchant de « la plus grande dose de bonheur imaginable ». En effet le bonheur n’existe que par comparaison, comme la richesse. A quoi Justine objecte qu’elle ne peut être heureuse que si les autres le sont. Pour Madame d’Esterval, c’est un bonheur mesquin, un petit plaisir qui n’excite pas suffisamment les nerfs, ne provoque pas un fort picotement.

Key word

: la dépravation assaisonnement du plaisir, volupté excessive, douleur occasionnée aux autres, le bonheur n’existe que par comparaison comme la richesse.

Key names

: Justine, Madame d’Esterval, les Parques, Atropos, Vénus. Sade, Épicure, Freud.

Key works

: Sade, la Nouvelle Justine, chapitre XIII. Épicure, Lettre à Ménécée [lettre sur le bonheur]. Freud, Au-delà du Principe de plaisir.

Patrice Tardieu

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans Marquis de Sade
commenter cet article
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 21:41

Contrainte par opinion et non par force, chaînes morales, le mal engendré par le bien, Sade, Homère.

Les d’Esterval utilise, pour obtenir la collaboration de Justine à l’égorgement de tous les voyageurs qui passent dans leur auberge, la contrainte par l’opinion et non par la force car elle est chargée de révéler à ceux-ci le sort qui les attend. Grâce aux chaînes morales et vertueuses, elle va coopérer librement au crime! Elle sera donc la « Circé » des voyageurs [la magicienne qui ensorcelle les compagnons d’Ulysse, « enfermés comme des porcs en des étables bien closes » écrit Homère, Odyssée, chant XI] métamorphosant les personnes de passage en objets pour la lubricité et la scélératesse du couple assouvissant leurs « exécrables passions ». « J’aime à vous enchaîner par vertu au sein du crime et de l’infamie » lui dit-on. Elle est même incitée à fuir, mais alors elle ne pourra prévenir les voyageurs égarés qui, de toute façon, n’échapperont pas à leur sort dans cette auberge située en une épaisse forêt, dans un ravin, avec, à la porte, deux dogues monstrueux [l’habitation de Circé, chez Homère, est gardée par des loups et des lions]. Dieu permet donc que le bien dût engendrer le mal!

Key word

: coopérer librement au crime, enchaînée par vertu, lubricité et scélératesse, exécrables passions.

Key names

: Les d’Esterval, Justine, Circé, Ulysse; Sade, Homère, Leibniz, Annie Le Brun.

Key works

: Sade, la Nouvelle Justine, chapitre XII. Homère, l’Odyssée, chant X. Leibniz, Essais de Théodicée. Annie Le Brun, les Châteaux de la Subversion [le roman noir].

Patrice Tardieu

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans Marquis de Sade
commenter cet article
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 22:39

Avoir les mêmes passions assassines, roses sur les chaînes du mariage, solidité du couple, Sade.

Dans le corpus sadien-sadique, voici, à ma connaissance, un hapax, une affirmation qui n’est dite qu’une fois: on peut « trouver le bonheur dans le sein du vice comme dans celui de la vertu » (Œuvres, tome II, p.827). C’est peut-être la seule assertion en faveur de la vertu! Mais c’est aussi le seul couple, me semble-t-il, qui soit en harmonie et totalement complice…dans le mal, contrairement à la maxime machiavélique de se débarrasser de tout comparse, que nous avons vue, et l’adage platonicien qu’une association de malfaiteurs ne peut subsister. Ici, il y a une « intime liaison » des d’Esterval; ils ont les mêmes plaisirs, les mêmes goûts, les mêmes passions assassines (ce sont les tenanciers de l’auberge criminelle); couple parfaitement uni. Sade remarque: « Ce qui brise les nœuds, c’est la dissemblance des mœurs,[…]la différence des goûts et des opinions ». De plus il n’y a aucune jalousie: lui est heureux de voir sa femme prendre du plaisir dans les bras d’un autre et réciproquement; ce sont des « libertins » au sens moderne du terme. Et de conclure: « Se brouille-t-on quand on pense de cette manière? Et quand l’hymen sème autant de roses sur les chaînes dont il accable les époux, est-il présumable qu’ils puissent jamais chercher à les rompre? ».

Key word

: hapax, bonheur dans le vice et dans la vertu, couple en harmonie et complice, intime liaison, mêmes passions assassines.

Key names

: Sade, Machiavel, Platon.

Key works

: Sade, Œuvres, tome II, p.827. Machiavel, le Prince. Platon, République.

Patrice Tardieu

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans Marquis de Sade
commenter cet article
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 22:59

Luxure et cruauté, utilité du mal, équilibre naturel écologique, Marquis de Sade, Leibniz.

Jérôme décide de se rendre à Rome, qualifiée de « capitale de la superstition chrétienne », avant de rejoindre l’abbaye de Sainte-Marie-des-Bois, où il pourra commettre des crimes dans l’ombre et le silence. Avec les autres moines pourront se dérouler les « exécrables dérèglements de ces monstres » qui procèdent à des « sacrifices infernaux » mais qu’aucune représentation de l’enfer ne fera fléchir. Sylvestre se proclame philosophe et soutient que la nature accorde à l’homme le droit à la jouissance du meurtre car sinon l’humanité serait trop nombreuse. On se lasse des femmes mais pas du crime qui est comme le soleil: « il fait germer toutes les passions dans le cœur de l’homme ». Donc « l’égoïsme est la première loi de la raison et de la nature » car cela rétablit par l’assassinat l’équilibre naturel écologique, grâce à la luxure et la cruauté où s’égare l’homme « au-dessus des lois ». Justine se pose la question si le mal est utile sur terre et si Dieu le désire, question leibnizienne par excellence.

Key word

: crimes dans l’ombre et le silence, exécrables dérèglements, droit à la jouissance du meurtre, humanité trop nombreuse, l’égoïsme première loi de la raison et de la nature.

Key names

: Sade, Leibniz.

Key works

: Sade, la Nouvelle Justine, Chapitres XI et XII. Leibniz, Essais de Théodicée; Confessio philosophi.

Patrice Tardieu

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans Marquis de Sade
commenter cet article
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 22:39

Taquinerie, sadisme, force, ruse, crédulité, imbécillité, Sade, Racine, Machiavel.

Sade peut aussi bien citer Racine (Phèdre acte II, scène V, vers 671-672:« Je t’en ai dit assez pour te tirer d’erreur./Hé bien! Connais donc Phèdre et toute sa fureur. », vers détournés puisqu’il substitue « ton père » à « donc Phèdre »). Que Machiavel: « Je suivis le système de Machiavel: ou il ne faut jamais de complices, dit ce grand homme, ou il faut les égorger, après s’en être servi ». Sans doute fait-il référence à ce passage du Prince, où César Borgia ayant utilisé Rémy d’Orque pour rétablir l’ordre dans la Romagne, le fit mettre à mort, rendant le peuple à la fois stupéfait et content. Il faut savoir être, selon Machiavel, non seulement un féroce lion mais aussi un renard très rusé. C’est pourquoi les sombres héros de Sade dissimulent leurs véritables activités sous le couvert de la religion comme les moines de Sainte-Marie-des-Bois , de l’auberge (« rouge ») des d’Esterval « où les voyageurs feront bien de ne pas s’arrêter », de la chirurgie par Rodin, du mariage par Gernande, de rétablir l’équilibre des richesses grâce au vol par La Dubois, de se venger de sa mère par Bressac, tout cela pour exercer leur « taquinerie », mot qu’utilise Sade pour désigner ce que nous appelons « sadisme », mais que Sade qualifie de « divin »: « oui, divin, j’ose le dire; en existe-t-il d’aussi agréable que celui d’assurer sa subsistance et son luxe sur la bonne foi et la crédulité des autres? Il n’y a ni ouragan, ni dévastation, à craindre dans des biens de cette nature; et l’imbécillité des hommes, en tous les temps[ est ]la même ».

Key word

: force et ruse, taquinerie, sadisme, bonne foi, crédulité, imbécillité des hommes.

Key names

: Sade, Racine, Machiavel, César Borgia, Rémy d’Orque.

Key works

: Sade, la Nouvelle Justine, chapitre XI. Racine, Phèdre. Machiavel, le Prince, chapitres VII et XVIII.

Patrice Tardieu

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans Marquis de Sade
commenter cet article
3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 18:39

Affirmation étonnante de Sade: « Il est un Dieu pour les ruses lubriques; la nature les aime, elle les protège », avec cette précision: « on n’irrite jamais mieux ses sens que lorsqu’on produit dans l’objet [la personne] qui nous sert la plus grande impression possible, n’importe par quelle voie ». Mais les orgies s’entremêlent de discussions philosophiques comme celle-ci: Pourquoi attacher quelque prix à la morale alors que la corruption est universelle? Car alors c’est la vertu qui est dangereuse ( thème sadien constant à travers les trois versions de Justine; il n’y a pas que Platon qui fait de la « vertu » (« arétè ») un problème central). Est-il nécessaire que les autres soient heureux? Nous sommes chargés de notre propre bonheur. Or, contrairement à l’affirmation de Rousseau, rien n’est gravé dans notre cœur et il n’y a pas de « justice naturelle » comme « ne pas faire aux autres ce que nous ne voudrions pas qui nous fût fait »( comme le soutient Hobbes). C’est la devise de l’être faible et sans énergie, plein de craintes (ici Sade reprend l’argument de Calliclès dans le Gorgias de Platon). La morale est donc inutile au bonheur, et même elle lui nuit car il y a un « mal nécessaire ». Mais n’allons pas faire de Sade un disciple de Leibniz, étant donné le fantasme du personnage de Jérôme, voyant l’Etna, d’être la « bouche de l’enfer » engloutissant des villes entières, force « vorace, destructrice » de la nature qui est un Minotaure « bestialitaire » comme lui, contre lequel cependant il ne peut lutter. Après bien des épisodes maritimes survient un « suave mari magno » sadien. Rappelons la réflexion du philosophe latin Lucrèce (De la Nature, II, 1-6): qu’il est doux et suave d’observer un malheureux qui lutte contre la mer déchaînée, depuis le rivage, ou une bataille féroce où s’entretuent les êtres humains, quand on est soi-même sur une colline, à l’abri du combat. La grande différence chez Sade, comme le remarque Michel Delon, est qu’ « alors que le sage médite à l’abri des passions, sur les ravages de la tempête, le libertin sadien provoque la tempête. Il n’est pas installé sur la côte, mais sur un autre bateau, au milieu des dangers de la mer ». Key word : ruses lubriques, orgies, discussions philosophiques, la vertu, le bonheur, le mal nécessaire. Key names : Sade, Platon, Rousseau, Hobbes, Leibniz, Lucrèce, Michel Delon. Key works : Patrice Tardieu, Bonheur d’un homme qui dort, et se remémore, jardin intérieur, paradis, suavité d’Épicure; Philo-blog, 05/07/2013. Sade, Œuvres, tome II, p.1358, note 2. Platon, Phèdre, 246, a-d; République, IV, 439c; Lois, XII, 963-964a; Gorgias. Rousseau, Émile, livre IV. Hobbes, Léviathan. Leibniz, Essais de Théodicée. Lucrèce, De la Nature, II, 1-6. Patrice Tardieu

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans Marquis de Sade
commenter cet article
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 22:29

Sade blasé de la vie épicurienne, le désir illusion de l’imagination scélérate, lassitude de la jouissance.

Je continue l’exploration philosophique du « divin marquis ». Il écrit: « l’inconstance est la suite des passions outrées, comme l’on s’y abandonne avec excès, on s’en lasse nécessairement plus vite », ce qui explique la « barbare jouissance » qu’il recherche dans un « trouble voluptueux ». Il en vient à une réflexion sur l’habitude: lorsqu’on se retrouve seul, il semble que quelque chose manque à notre existence. Mais ce n’est qu’une question d’habitude car l’habitude seconde fera disparaître la première! Il poursuit sur l’imagination qu’il qualifie de « perfide » étant donné que: « quand on fait tant que de commettre le mal, il faut que ce soit avec toute l’extension, tout le raffinement dont il est susceptible ». Et c’est mille cruelles idées qui viennent troubler la «  scélérate imagination ». Mais justement le désir n’est qu’une illusion de l’imagination, et le « crime gratuit » ( bien avant Gide ), sans objet, sans mobile, sans prétexte, excite la luxure. Le despotisme et la tyrannie aiguillonnent les jouissances et les « débordements luxurieux » comme la chasse à l’être humain ( bien avant le film « les chasses du Comte Zaroff »); le crime trouble la société mais pas la nature car la première loi de la nature est de se conserver ( c’est le « conatus » de Spinoza: « persévérer dans son être »!) « à tel prix et à tels dépens que ce puisse être ». Mais le scélérat finit par se blaser de cette « vie épicurienne » avance Sade!

Key word

: trouble voluptueux, habitude, luxure, despotisme, tyrannie.

Key names

: Sade, André Gide, Spinoza, Épicure.

Key works

: Sade, la Nouvelle Justine, chapitre XI. Gide, les Caves du Vatican . Spinoza, Éthique. Épicure, lettre à Ménécée. Film de 1932: Les chasses du Comte Zaroff [personnage sadien!]( The most dangerous game [jeu/gibier]).

Patrice Tardieu

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans Marquis de Sade
commenter cet article
30 août 2013 5 30 /08 /août /2013 21:52

Embarcation, linceul blanc, image à rêver, l’île des morts, Arnold Böcklin, Serguei Rachmaninov.

Et en deuxième conclusion, nous nous représenterons le tableau qu'Arnold Böcklin, peintre suisse, exécuta une deuxième fois, pour une jeune veuve qui voulait avoir une image à rêver, et qui s'intitulait "un lieu tranquille", mais qui est devenue et connue depuis, comme "l'île des morts"( « die Toteninsel »). Il en fit donc cinq versions en tout avec de légers changements. En effet, que voyons-nous? Sur l'élément liquide, une barque manoeuvrée par un nocher s'apprête à accoster sur une île violemment éclairée par le soleil couchant mais restée totalement sombre en son milieu par les épais cyprès verticaux entourés de rochers ou de tombes creusées à l’intérieur de hauts murs qui rappellent un cimetière de Florence près de l’atelier de l’artiste, où se trouve sa fille morte prématurément. Dans l'embarcation, une figure blanche de dos ( une femme? La mort? Un ange?) se tient debout devant un cercueil enrobé d'un linceul. Cette fois-ci nous entendrons le poème symphonique de Serguei Rachmaninov inspiré par le tableau de Böcklin, avec sa figure récurrente en 5/8 [cinq croches par barre de mesure] qui suggère le bruit des rames dans l’eau, la vie et la mort étant mêlées.

C'est l'île mythique de notre nostalgie.

Key word

: lieu tranquille, nocher, soleil couchant, cyprès épais, bruit des rames, eau profonde.

Key names

: Arnold Böcklin, Serguei Rachmaninov, Nicolas Poussin.

Key works

: Arnold Böcklin, L’île des morts; le Retour (« die Heimkehr ») [peintures]. Serguei Rachmaninov, L’île des morts [poème symphonique]. Nicolas Poussin, Et in Arcadia ego ( moi aussi [la mort] je suis, même en Arcadie) [peinture].

L’île de notre nostalgie, 8, 3, b.

Patrice Tardieu

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans nostalgie
commenter cet article
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 00:17

Jouissance et suavité de la chair et du sang du Christ, François Couperin, Leçons de ténèbres.

En guise de première conclusion, nous imaginerons entendre le motet à deux voix tiré des Leçons de ténèbres pour le mercredi saint: "venite exultemus Domino" de François Couperin pour soprano ( voix de femme, d’une octave au-dessus de celle de l’homme ) et contralto (registre légèrement plus bas, plus « grave », de la voix de femme ) avec continuo (accompagnement harmonique chiffré, ici à l’orgue ), sur les plaisirs du corps du Christ, où les deux femmes exaltent la jouissance que procurent la douceur et la suavité de goûter la chair et le sang de son corps, conformément à l’eucharistie. Comme nous l’avons dit, le corps reprend toute son importance avec le christianisme, en particulier avec Saint Augustin, pourtant disciple de Porphyre néo-platonicien d’Alexandrie, et sa Cité de Dieu, en ce qui concerne la résurrection des corps, contre un certain platonisme où le corps est une « prison ». Quant à Saint Thomas d’Aquin, il se réclamera surtout d’Aristote, estimé plus « corporel » que Platon comme le montre la peinture de Raphaël où Platon dirige son doigt vers le ciel et Aristote sa main vers la terre. Nous nous laisserons également bercer par l’élégie ( en grec « elegeia » ), le « chant de deuil », la beauté élégiaque tendre et triste parfois de son clavecin.

Key word

: les plaisirs du corps du Christ, beauté élégiaque du clavecin de François Couperin.

Key names

: François Couperin, le Christ, Augustin, Thomas d’Aquin, Hegel, Raphaël.

Key works

: François Couperin, Leçons de ténèbres; Second, Troisième, Quatrième livre pour clavecin. Augustin, la Cité de Dieu, livres 13, 14 et 22. Thomas d’Aquin, Somme Théologique. Hegel, l’Esprit du christianisme; Leçons sur la philosophie de la religion, troisième partie. Raphaël, l’École d’Athènes, salle des signatures, Vatican, Rome.

L’île de notre nostalgie, 8, 4, a.

Patrice Tardieu

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans nostalgie
commenter cet article
26 août 2013 1 26 /08 /août /2013 22:14

Secret caché, inquiétante étrangeté du « rentrer chez soi », retour à l’Être, Hegel, Heidegger.

La nostalgie était chez Hegel regret, "Sehnsucht", de la conscience malheureuse ou de la belle âme, et finalement désir ardent de l'esprit. Elle devient mal du pays, "Heimweh", chez Heidegger, chemin du retour métaphysique au "domicile", au "foyer", à "la patrie" de l'homme qu'est l'Être, car il veut retrouver son chemin, rentrer chez lui. Ce "pays" c'est celui d'où il vient, mais aussi où il retournera; car rentrer chez soi, "heimgehen", c'est aussi mourir, et l'homme est un être-pour-la-mort ( « être-à-la-mort » ). Mourir (qui n'est pas seulement périr, ou encore décéder) est à la fois le retour à la "terre natale", au "chez soi" et en même temps l'inquiétante étrangeté, l'"unheimlich", l'aliénation totale de soi, la possibilité de l'impossibilité. Tel est le secret, le caché, l'"Heimlichkeit".

Key word

: mal du pays, chemin, mourir, périr, décéder, possibilité de l’impossibilité.

Key names

: Hegel, Heidegger.

Key works

: Hegel, Phénoménologie de l’Esprit, Propédeutique philosophique. Heidegger, Être et Temps, Chemins qui ne mènent nulle part, Questions I, II, III. Freud, L’inquiétante étrangeté.

L’île de notre nostalgie, 8, 3.

Patrice Tardieu

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans nostalgie
commenter cet article

Articles Récents

Liens