Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 18:32

Freud se lance alors tête baissée dans l’explication du fonctionnement de notre appareil psychique en utilisant de nombreux termes psychiatriques et médicaux. Je vais essayer de rendre le plus clair possible ces pages. Nous devons nous protéger de certaines excitations qui seraient pénibles ou provoqueraient des maladies mentales et dont nous ne pouvons nous débarrasser, nous « décharger », qu’il s’agisse de choses réelles ou imaginaires. On s’apercevra de cette différence que lorsque la libido sera retenue, je dirais « arrimée » ( verbe « stauen » ) à un délire de grandeurs par exemple, que nous avons vu dans la paraphrénie . La libido est alors « retournée » dans le moi par ce « dire non » ( « Versagung », « frustration » ) et devient maladive. Freud va comparer ceci à la névrose de transfert dont nous avons parlé, qui, elle, maîtrise, au contraire, la libido, en l’accrochant à des « objets » extérieurs [ des personnes, comme le psychanalyste ], par des fantasmes. L’hypocondrie ( celle du Malade imaginaire de Molière ), décidément vue d’une manière positive par Freud, permet aussi, en se concentrant sur les sensations du corps, comme dans la philosophie de Condillac, de s’en sortir ! Freud pense donc que l’on peut « pénétrer au plus profond dans la structure de notre appareil psychique » par cette théorie sur les « investissements » de la libido. Key word : fonctionnement du psychisme. Key names : Freud, Molière, Condillac. Key works : Freud, Pour introduire le narcissisme, Molière, le Malade imaginaire. Condillac, Traité des sensations. Patrice Tardieu.

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans narcissisme
commenter cet article
22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 23:10

Freud va approfondir ce qu’il entend par « érogénéité » : c’est la capacité de toute partie du corps, qui n’est pas explicitement sexuelle, de devenir une zone érogène. Freud soutient que tous les organes corporels peuvent le devenir et que, par conséquent, tout espace du corps peut augmenter ou diminuer sa sensibilité érotique. En langage freudien, cela signifie que l’investissement libidinal peut se modifier dans le moi. Mais alors pourquoi le sujet ne s’en tient-il pas au narcissisme ? Pourquoi passe-t-il de la libido du moi ( redevenue sexuelle, Freud ne pouvant rester longtemps dans la non-sexualité comme Jung qui étudie les croyances ) à la libido d’objet ? La réponse de Freud est assez surprenante : « un solide égoïsme préserve de la maladie, mais à la fin l’on doit se mettre à aimer pour ne pas tomber malade, et l’on doit tomber malade lorsqu’on ne peut aimer, "par suite de frustration" [ « Infolge von Versagung » que je traduirais plutôt par « à force de dire non » ] ». Et Freud de citer le poète allemand mélancolique et ironique, Heinrich Heine : « C’est bien la maladie qui fut l’ultime fond de ma poussée créatrice » ( Nouvelle Poésie, Chants de la création, VII ).Key word : moi, libido, égoïsme, santé, maladie, création. Key names : Freud, Jung, Heinrich Heine. Key works : Jung, Métamorphoses de l’âme et ses symboles. Freud, Pour introduire le narcissisme. William H. Masters and Virginia E. Johnson, Human Sexual Response, Heinrich Heine, Neue Gedichte, Schöpfungslieder, VII. Patrice Tardieu.

 

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans narcissisme
commenter cet article
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 18:02

Freud persiste et signe : pour comprendre le narcissisme, il va falloir s’appuyer sur la paraphrénie de Kraepelin et la paranoïa de Bleuler, même si la psychanalyse semble désarmée à les traiter. Il s’agit, en fait, de retrouver le normal sous le pathologique. Cependant Freud va aborder, en premier lieu, d’autres chemins. La douleur physique produit un repliement sur soi et dissipe « les dispositions amoureuses les plus intenses » ! Le rêve cause une « altération du moi » ( « Ichveränderung » ). Freud, ensuite, parle d’hypocondrie, mais il ne veut pas disserter sur le Malade Imaginaire de Molière; il vient tout de suite au cœur du sujet, si je puis m’exprimer ainsi, car l’organe qui l’intéresse ici est l’appareil sexuel humain, « douloureusement sensible » : « l’organe génital en état d’excitation est congestionné, turgescent, humide » et ne s’en tient pas à cette situation puisqu’il envoie dans la vie psychique des excitations; sans parler de « l’érogénéité » des « zones érogènes » d’autres parties du corps [ Freud, en 1914, ne va pas, comme Masters et Johnson, en 1966, jusqu’à affirmer que la femme est infiniment plus douée que l’homme en ce qui concerne ce dernier point ]. Bref, dit Freud : « l’hypocondrie doit avoir raison »; en faisant que le sujet se concentre sur les sensations de son corps. Ceci n’étonnera en rien le philosophe qui a lu le Traité des Sensations de Condillac. Key word : altération du moi, érogénéité. Key names : Freud, Kraepelin, Bleuler, Molière, Masters et Johnson, Condillac. Key works : Patrice Tardieu De l’homme ou de la femme, qui a le plus de volupté dans les plaisirs sexuels ? , Philo blog du 16/10/2011; Sensualisme, jouissance du parfum, développement des sens, Proust avec Condillac, Philo blog du 20/01/2012. Condillac, Traité des Sensations. Freud, Pour introduire le narcissisme. Molière, le Malade Imaginaire. William H. Masters and Virginia E. Johnson, Human Sexual Response. Patrice Tardieu.

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans narcissisme
commenter cet article
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 22:32

Freud va justifier ce revirement ( opposition d’une libido du moi non sexuelle à une libido d’objet, elle, sexuelle ) par ce qu’il appelle la « névrose de transfert » qui s’opère facilement dans l’hystérie et la névrose obsessionnelle [ toutes deux « libido d’objet » ], et qui consiste à transférer sur l’analyste les conflits infantiles du sujet qui peuvent être alors traités plus facilement que s’il n’y a pas, apparemment, transfert, comme dans la psychose, ce qui est le cas du Président Schreber traité par Freud dans Cinq Psychanalyses, où l’univers est anéanti et ne survit que le moi, l’énergie sexuelle s’étant totalement sublimée dans un délire de type « religieux ». En fait, Freud veut en découdre avec Jung qui trouve que son exposé pourrait expliquer « la psychologie d’un anachorète ascétique mais non une démence précoce » comme c’est le cas de Schreber ! Autrement dit la psychanalyse est impuissante, selon Jung, à traiter la psychose ( paranoïa, schizophrénie ), même si elle s’y intéresse, et doit se cantonner à la névrose ( obsessions, hystérie, phobie ). Freud franchit cette frontière en contrebandier ! Key word : névrose de transfert, sublimation, psychose, ce que peut la psychanalyse. Key names : Freud, Jung. Key works : Patrice Tardieu, Éros partout: normalité, névrose, psychose, thèmes mégalomaniaques, érotiques, mystiques, Bleuler. Philo blog du 08/03/2014. Freud, Cinq Psychanalyses, Remarques psychanalytiques sur l’autobiographie d’un cas de paranoïa. Jung, Métamorphoses et Symboles de la libido. Patrice Tardieu.

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans narcissisme
commenter cet article
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 22:37

Freud, si je me permets de le dire, va virer de bord ! La libido, qui avait toujours le caractère d’être une énergie psychique sexuelle, y compris dans la libido du moi, relié à « l’auto-érotisme » ( terme qui vient de Havelock Ellis dans ses Études de psychologie sexuelle, mais que Freud ne cite pas, de la femme amoureuse d’elle-même qui s’embrassait dans un miroir ), Freud, dis-je, va maintenant distinguer une énergie non sexuelle des pulsions du moi qu’il va mettre sous l’appellation déjà utilisée de « libido du moi », mais en lui retirant toute sexualité et désignant tout ce qui pousse à la conservation physique de l’individu, en particulier la faim. Et ceci en opposition à la « libido d’objet », sexuelle celle-ci, puisqu’il s’agit de la conservation de l’espèce qui dépasse largement l’individu, Freud reprenant la différence de « la faim » et de « l’amour » ( au sens, je dirais, où Schopenhauer entend ce mot dans sa Métaphysique de l’amour ). Key word : libido du moi métamorphosée par Freud, opposition de la faim et de l’amour. Key names : Schopenhauer, Freud, Havelock Ellis. Key works : Schopenhauer, le Monde comme Volonté et comme Représentation, Supplément au livre quatrième, XLIV. Havelock Ellis, Études de Psychologie sexuelle, XIII. Freud, Pour introduire le narcissisme. Patrice Tardieu.

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans narcissisme
commenter cet article
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 22:57

Freud introduit un troisième terme psychiatrique, celui de « paranoïaque », qui, dans le langage courant est devenu synonyme de « malade mental », et , en psychiatrie, d’une personne totalement délirante mais totalement convaincue dans ses affirmations avec une grande rigidité psychique. Le mot « paranoïa » existe déjà dans l’Antiquité : Platon, dans les Lois, XI, 928 e, parle de fils qui veulent attaquer en justice leur « père atteint de paranoïa » ( du grec « para », « à côté » et « noûs » ou « noos », « raison ». Le « a » final venant d’une nécessité euphonique, « paranoïa »). Freud associe, de manière originale, la paranoïa avec « le fantasme de fin du monde », dont il voit deux variantes opposées: soit le monde n’existe plus car n’existe que l’être aimé ( dans la « folie amoureuse » ), soit le monde n’existe plus car n’existe que le moi; deux cas extrêmes puisque n’existe plus que l’objet aimé, ou bien le sujet n’aimant que lui-même. On voit que la libido ( « énergie psychique » ) a envahi l’autre désiré ou bien le soi-même, ce qui constitue le narcissisme. Si j’ose le dire, Freud n’est pas sorti de l’auberge! La libido est écartelée ! La difficulté de maintenir une unité à la libido quant à sa visée est considérable ! Comment va-t-il s’en sortir ? Key word : paranoïa. Key names : Freud, Platon. Key works : Patrice Tardieu, La guérison du démoniaque, Philo blog du 30/09/2008 au 10/10/2008 et le 16/12/2008. Freud, Pour introduire le narcissisme. Platon, Lois, XI, 928 e. Patrice Tardieu.

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans narcissisme
commenter cet article
12 mars 2014 3 12 /03 /mars /2014 22:57

Freud compare, comme on le faisait à l’époque, le « primitif » et l’enfant : croyance dans la « toute puissance de la pensée », dans « la force magique des mots » avec « présuppositions mégalomaniaques » que l’on retrouve chez l’enfant dans son attitude envers le monde dues à un investissement originaire libidinal dans le moi. Pour faire comprendre, Freud ( comme Bergson ) utilise souvent l’image de l’animalcule protoplasmique qui lance ses pseudopodes pour capturer et ramener à lui ce qu’il attrape de l’extérieur. Il introduit alors l’opposition conceptuelle : libido du moi, libido d’objet [ autrui ] et ajoute : « plus l’une absorbe [ libido du moi ], plus l’autre s’appauvrit [ libido d’objet ] » sur le modèle de l’amibe dont nous venons de parler ! Or pour nous expliquer la libido d’objet, que je baptiserais « d’ouverture à l’autre », Freud prend l’exemple de la passion amoureuse, avec oubli de soi, qu’il caractérise ainsi : c’est « un dessaisissement de la personnalité propre, au profit de l’investissement d’objet [ d’amour ] ». Mais c’est seulement avec ce dernier que l’on pourra distinguer d’une part une énergie sexuelle, la libido proprement dite [ tournée vers autrui ], et d’autre part, une énergie des pulsions du moi. Key word : investissement originaire libidinal dans le moi, libido du moi; dessaisissement de la personnalité propre dans la libido d’objet. Key names : Freud, Bergson. Key works : Lucien Lévy-Bruhl, La mentalité primitive. Freud, Pour introduire le narcissisme. Bergson, la Conscience et la Vie, in l’Énergie Spirituelle, Œuvres, p. 823. Patrice Tardieu.

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans narcissisme
commenter cet article
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 22:58

Pour Freud donc, le névrosé au lieu d’avoir une relation érotique effective avec autrui a remplacé la personne réelle par des fantasmes imaginaires, si bien qu’il y a une « introversion de la libido » ( expression de Jung ! ). Dans la psychose, au contraire, il n’y a pas cette « échappée », si je puis dire, dans le fantasme imaginaire, la libido s’est retirée des personnes et du monde extérieur sans compensation. Si, malgré tout, cela se produit, le fantasme est une étape dans la tentative de guérison qui consiste à « ramener la libido à l’objet [ une personne désirée ] ». En fait, selon Freud, le délire s’est substitué à la libido d’objet [ désir d’une personne ] », la libido se reportant sur le moi et produisant le narcissisme ( « introversion » ).On voit ici que Freud reprend la thèse antique de la « démence » de Narcisse, abandonnant la nymphe Écho, et les jeunes gens, pour lui-même. D’où le délire mégalomaniaque du narcissique. Cependant celui-ci ne vient pas de nulle part mais d’un « narcissisme primaire ». Je dirais que la boucle est bouclée, Freud en arrive à ce qu’il voulait : l’idée d’un narcissisme primaire normal fondamental. Key word : personne réelle, névrose, psychose, délire. Key names : Freud, Jung. Key works : Patrice Tardieu Imago maternelle, incapacité d’aimer, libido d’objet, Freud, Jung, Riviere, Lucrèce, Philo blog le 07/01/2013. Freud, Pour introduire le narcissisme. Jung, Métamorphoses de l’âme et ses symboles, édition de l’Université de Genève, 1953, p. 171. Patrice Tardieu.

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans narcissisme
commenter cet article
8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 22:40

Pour nous parler du « narcissisme primaire normal », Freud va nous plonger dans un vocabulaire psychiatrique de l’anormalité pour le confronter avec sa théorie de la « libido » ( « énergie psychique sexuelle » ). Il se réfère d’abord à la paraphrénie de Kraepelin ( du grec « para », « à côté » et « phrèn », « pensée » ), particulièrement dans son aspect de « démence précoce » avec idées de grandeur, thèmes mégalomaniaques, érotiques et mystiques. Ensuite à la schizophrénie de Bleuler ( du grec « schizein », « scinder, fendre » et, de nouveau « phrèn », « pensée » ) qui se caractérise par une pensée dissociée, désinsérée des relations avec le monde extérieur réel. En contraste avec cela, le névrosé hystérique ou obsessionnel a lui aussi d’une certaine manière « abandonné sa relation avec la réalité » mais non pas « sa relation érotique aux personnes » car celle-ci se retrouve dans ses fantasmes. Toutefois je ferais remarquer qu’Éros, présent dans la normalité, l’est pareillement dans la psychose et dans la névrose. Key word : paraphrénie, schizophrénie, névrose. Key names : Freud, Kraepelin, Bleuler. Key works : Patrice Tardieu, Désir de dévoration, amours anthropophages, Proust, Sade, Dali, Sagawa, Philo blog du 05/02/2012. Freud, Pour introduire le narcissisme. Patrice Tardieu.

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans narcissisme
commenter cet article
6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 21:39

Nous avons vu que Havelock Ellis avait décrit une femme qui s’embrassait dans un miroir, semblable à Narcisse. Näcke, qui rendait compte de ses textes, entre autres dans des revues allemandes, ajouta à cette description que cela pouvait aller jusqu’à l’orgasme, et traduit « a Narcissus-like tendency » par le mot allemand « Narcismus ». C’est ainsi que Freud en prend connaissance et le dépeint ainsi : un individu traite son propre corps comme un objet sexuel, il le caresse, le cajole jusqu’à ce qu’il parvienne à ce que j’appellerais le « soulagement » ( « die Befriedigung » ) ». On voit que Narcisse devient extrêmement sexualisé, et que Freud se crispe dans cette période de rupture définitive avec Jung qui, lui, désexualise « l’âme et ses symboles ». Freud hésite toutefois à le mettre dans le pathologique et reconnaît le narcissisme comme « le complément libidinal à l’égoïsme de la pulsion d’autoconservation » de tout être vivant. On retrouve le « conatus » de Spinoza, et le fait, pour l’être, de vouloir persévérer dans son existence : « l’effort par lequel toute chose tend à persévérer dans son être n’est rien de plus que l’essence actuelle de cette chose » ( Éthique, III, proposition 7 ). Key word : complément à l’égoïsme, pulsion d’autoconservation, le conatus. Key names : Havelock Ellis, Freud, Näcke, Jung, Spinoza. Key works : Patrice Tardieu, Rêve, porte étroite de l’âme sur la nuit originelle; Jung contre Freud; Nietzsche, Dionysos, Philo blog du 14/12/2012. Havelock Ellis, Études de Psychologie sexuelle, XIII. Freud, Pour introduire le Narcissisme. Jung, Métamorphoses de l’âme et ses symboles. Spinoza, Éthique, III, propositions 6 & 7. Patrice Tardieu.

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans narcissisme
commenter cet article

Articles Récents

Liens