Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 23:06

Tout à coup, Freud a des remords ! Il présente ses excuses ! « Peut-être n’est-il pas superflu de donner l’assurance que dans cette description de la vie amoureuse féminine, tout parti pris de rabaisser la femme m’est étranger ». Il vient, en effet, de parler de « l’insatisfaction de l’homme amoureux » qui doute de l’amour de la femme et qui se plaint qu’elle soit aussi énigmatique qu’un enfant, un grand animal de proie, un grand criminel, retranchée dans « une position de libido inattaquable », comme nous l’avons vu précédemment. C’est sans doute dans cette lignée que Lacan affirmera que « la [ « la » barré ] femme n’existe pas ». Freud donne un argument « biologique » : ceci s’explique par « la différenciation des fonctions ». Dernier remords : il doit exister des femmes qui aiment selon le modèle masculin. Enfin, ultime justification : les femmes narcissiques et froides peuvent arriver au « plein amour d’objet » grâce à l’enfant qu’elles mettent au monde, qui n’est qu’une partie d’elle-même ( objet narcissique « extérieur » donc, si l’on peut dire ) et qui les lancera dans ce « plein amour d’objet ». De manière inattendue, Freud rejoint, sur ce point, la thèse qu’exprimera Lévinas, dans le Temps et l’autre, et Totalité et infini sur l’Éros : le but secret de l’amour est l’enfant. Key word : plein amour d’objet par l’enfant. Key names : Freud, Lacan, Lévinas. Key works : Patrice Tardieu, articles sur Lévinas et l’Éros, Philo blog du 12/12/2013, Éros et l’altérité comme essence positive, rencontre du masculin et du féminin, au 05/01/2014. Freud, Pour introduire le narcissisme. Lacan, Encore. Lévinas, le temps et l’autre, Totalité et infini, section IV, B, phénoménologie de l’Éros. Patrice Tardieu.

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans narcissisme
commenter cet article
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 22:56

Nous avons vu la femme auto-suffisante, « autarcique », qui s’aime « aussi intensément que l’homme les aime » selon Freud qui ajoute, et c’est une thèse constante chez lui, que ce qu’elle recherche ce n’est pas d’aimer mais d’être aimée; la société la poussant dans ce sens. Leur charme est très fort sur les hommes, « non seulement pour des raisons esthétiques, car elles sont habituellement les plus belles, mais aussi en raison de constellations psychologiques ». Et Freud, pour nous faire comprendre ces dernières qui provoquent cet attrait chez les hommes qui ont renoncé à leur propre narcissisme et sont en quête d’un objet d’amour, va faire des comparaisons. C’est le même enchantement que nous avons devant l’enfant inaccessible dans son monde, le même magnétisme pour un animal comme le chat mystérieux, la même fascination pour les animaux prédateurs ou les grands criminels qui vivent comme si nous n’existions pas, dans un narcissisme bienheureux et inattaquable. Mais il y a un revers de la médaille : ce type de femme provoque l’insatisfaction, le doute, des plaintes pour son aspect énigmatique et sans doute son indifférence. Freud note alors « l’incongruence des types de choix d’objet [ d’amour ] », le désaccord entre l’homme et la femme, cette « dysrythmie » que nous avions soulignée. Key word : attrait, énigme, incongruence. Key names : Freud, Platon, Aristote. Key works : Patrice Tardieu, l’homme et la femme jamais parfaitement en phase l’un avec l’autre, malentendu, dysrythmie, Philo blog du 27/01/2014. Aristote [ « l’autarkeia », l’autarcie ], Éthique à Nicomaque; la Politique, I, 2, 1252 b 29. Platon [ « l’hikanon », le suffisant à soi-même ], Protagoras, 322 b. Patrice Tardieu.

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans narcissisme
commenter cet article
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 22:48

On aurait pu penser que le choix amoureux « par étayage » ( vers l’autre ) et celui « narcissique » se répartissaient également sur les deux sexes. Pour Freud il n’en est pas ainsi. Chez l’homme, il y aurait « transfert » de son narcissisme primaire sur « l’objet sexuel » extérieur à lui avec « surestimation » ( peut-être de la beauté féminine ? ). D’où « la passion amoureuse » masculine que Freud qualifie de « compulsion névrotique » ! Et il reprend l’image de l’amibe et de ses pseudopodes qui se déplace vers l’extérieur, appliquée à l’homme : « appauvrissement du moi au profit de l’objet [aimé] ». Le développement féminin, selon Freud, est radicalement différent puisque, au contraire, le narcissisme originaire premier augmente, particulièrement à la puberté avec la formation de la poitrine et un déploiement de la beauté féminine, « un état où la femme se suffit à elle-même ». Notons que « l’autarcie » était l’idéal des sages antiques, particulièrement d’Aristote dans son Éthique à Nicomaque, I, 5, 1097 b 8 et III, 5, 1112 b 1 : « le Bien parfait semble en effet se suffire à lui-même », « la Connaissance parfaite [ « autarcique » ] ne donne lieu à aucune hésitation ». Freud fait-il alors l’apologie de la femme ? Que nenni ! « De telles femmes n’aiment, à strictement parler, qu’elles-mêmes » écrit-il. Key word : choix amoureux, surestimation d’autrui, la femme auto-suffisante, autarcie. Key names : Freud, Bergson, Aristote. Key works : Patrice Tardieu, La passion amoureuse, ouverture à l’autre, oubli de soi, investissement sur l’objet extérieur à nous, Philo blog du 12/03/2014. Bergson, La conscience et la vie, Œuvres, p. 823. Aristote, Éthique à Nicomaque, I, 5, 1097 b 8 et III, 5, 1112 b 1. Patrice Tardieu.

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans narcissisme
commenter cet article
26 mars 2014 3 26 /03 /mars /2014 23:13

Maintenant il s’agit d’aborder la vie amoureuse de l’homme et de la femme. Pour ce faire, Freud va plonger dans les premières expériences de l’enfant, selon son habitude. Donc les pulsions sexuelles vont d’abord surgir de sa relation avec la personne qui s’occupe de lui : sa mère ou quelqu’un qui remplit cette fonction. Le choix d’objet [ d’amour ] s’effectue donc par « étayage » comme le dit Freud, c’est-à-dire sur la personne qui se charge de laver, d’alimenter, de prendre soin de l’enfant. Mais étonnement des psychanalystes, il peut y avoir un tout autre choix « d’objet » qui n’est pas celui du modèle maternel, extérieur à lui-même, mais basé sur sa propre personne. Freud propose de l’appeler choix d’objet « narcissique » car ce que recherche l’individu c’est lui-même à travers [ le miroir de ] l’autre. Freud affirme très fortement : « l’être humain a deux objets sexuels originaires » ce qui présuppose « le narcissisme primaire de tout être humain » qui peut prendre le dessus dans le choix d’objet [ d’amour ]. Freud fonde donc ici ce qu’il avait avancé précédemment : un narcissisme fondamental distinct du choix « par étayage » qui implique, lui, la différence principielle de l’être aimé. Key word : narcissisme primaire. Key names : Freud, Jung. Key works : Patrice Tardieu, Relations érotiques effectives, fantasmes imaginaires, introversion de la libido, Philo blog du 10/03/2014. Freud, Pour introduire le narcissisme. Jung, Métamorphoses de l’âme et ses symboles [ « introversion de la libido » p. 171 ]. Patrice Tardieu.

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans narcissisme
commenter cet article
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 18:32

Freud se lance alors tête baissée dans l’explication du fonctionnement de notre appareil psychique en utilisant de nombreux termes psychiatriques et médicaux. Je vais essayer de rendre le plus clair possible ces pages. Nous devons nous protéger de certaines excitations qui seraient pénibles ou provoqueraient des maladies mentales et dont nous ne pouvons nous débarrasser, nous « décharger », qu’il s’agisse de choses réelles ou imaginaires. On s’apercevra de cette différence que lorsque la libido sera retenue, je dirais « arrimée » ( verbe « stauen » ) à un délire de grandeurs par exemple, que nous avons vu dans la paraphrénie . La libido est alors « retournée » dans le moi par ce « dire non » ( « Versagung », « frustration » ) et devient maladive. Freud va comparer ceci à la névrose de transfert dont nous avons parlé, qui, elle, maîtrise, au contraire, la libido, en l’accrochant à des « objets » extérieurs [ des personnes, comme le psychanalyste ], par des fantasmes. L’hypocondrie ( celle du Malade imaginaire de Molière ), décidément vue d’une manière positive par Freud, permet aussi, en se concentrant sur les sensations du corps, comme dans la philosophie de Condillac, de s’en sortir ! Freud pense donc que l’on peut « pénétrer au plus profond dans la structure de notre appareil psychique » par cette théorie sur les « investissements » de la libido. Key word : fonctionnement du psychisme. Key names : Freud, Molière, Condillac. Key works : Freud, Pour introduire le narcissisme, Molière, le Malade imaginaire. Condillac, Traité des sensations. Patrice Tardieu.

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans narcissisme
commenter cet article
22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 23:10

Freud va approfondir ce qu’il entend par « érogénéité » : c’est la capacité de toute partie du corps, qui n’est pas explicitement sexuelle, de devenir une zone érogène. Freud soutient que tous les organes corporels peuvent le devenir et que, par conséquent, tout espace du corps peut augmenter ou diminuer sa sensibilité érotique. En langage freudien, cela signifie que l’investissement libidinal peut se modifier dans le moi. Mais alors pourquoi le sujet ne s’en tient-il pas au narcissisme ? Pourquoi passe-t-il de la libido du moi ( redevenue sexuelle, Freud ne pouvant rester longtemps dans la non-sexualité comme Jung qui étudie les croyances ) à la libido d’objet ? La réponse de Freud est assez surprenante : « un solide égoïsme préserve de la maladie, mais à la fin l’on doit se mettre à aimer pour ne pas tomber malade, et l’on doit tomber malade lorsqu’on ne peut aimer, "par suite de frustration" [ « Infolge von Versagung » que je traduirais plutôt par « à force de dire non » ] ». Et Freud de citer le poète allemand mélancolique et ironique, Heinrich Heine : « C’est bien la maladie qui fut l’ultime fond de ma poussée créatrice » ( Nouvelle Poésie, Chants de la création, VII ).Key word : moi, libido, égoïsme, santé, maladie, création. Key names : Freud, Jung, Heinrich Heine. Key works : Jung, Métamorphoses de l’âme et ses symboles. Freud, Pour introduire le narcissisme. William H. Masters and Virginia E. Johnson, Human Sexual Response, Heinrich Heine, Neue Gedichte, Schöpfungslieder, VII. Patrice Tardieu.

 

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans narcissisme
commenter cet article
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 18:02

Freud persiste et signe : pour comprendre le narcissisme, il va falloir s’appuyer sur la paraphrénie de Kraepelin et la paranoïa de Bleuler, même si la psychanalyse semble désarmée à les traiter. Il s’agit, en fait, de retrouver le normal sous le pathologique. Cependant Freud va aborder, en premier lieu, d’autres chemins. La douleur physique produit un repliement sur soi et dissipe « les dispositions amoureuses les plus intenses » ! Le rêve cause une « altération du moi » ( « Ichveränderung » ). Freud, ensuite, parle d’hypocondrie, mais il ne veut pas disserter sur le Malade Imaginaire de Molière; il vient tout de suite au cœur du sujet, si je puis m’exprimer ainsi, car l’organe qui l’intéresse ici est l’appareil sexuel humain, « douloureusement sensible » : « l’organe génital en état d’excitation est congestionné, turgescent, humide » et ne s’en tient pas à cette situation puisqu’il envoie dans la vie psychique des excitations; sans parler de « l’érogénéité » des « zones érogènes » d’autres parties du corps [ Freud, en 1914, ne va pas, comme Masters et Johnson, en 1966, jusqu’à affirmer que la femme est infiniment plus douée que l’homme en ce qui concerne ce dernier point ]. Bref, dit Freud : « l’hypocondrie doit avoir raison »; en faisant que le sujet se concentre sur les sensations de son corps. Ceci n’étonnera en rien le philosophe qui a lu le Traité des Sensations de Condillac. Key word : altération du moi, érogénéité. Key names : Freud, Kraepelin, Bleuler, Molière, Masters et Johnson, Condillac. Key works : Patrice Tardieu De l’homme ou de la femme, qui a le plus de volupté dans les plaisirs sexuels ? , Philo blog du 16/10/2011; Sensualisme, jouissance du parfum, développement des sens, Proust avec Condillac, Philo blog du 20/01/2012. Condillac, Traité des Sensations. Freud, Pour introduire le narcissisme. Molière, le Malade Imaginaire. William H. Masters and Virginia E. Johnson, Human Sexual Response. Patrice Tardieu.

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans narcissisme
commenter cet article
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 22:32

Freud va justifier ce revirement ( opposition d’une libido du moi non sexuelle à une libido d’objet, elle, sexuelle ) par ce qu’il appelle la « névrose de transfert » qui s’opère facilement dans l’hystérie et la névrose obsessionnelle [ toutes deux « libido d’objet » ], et qui consiste à transférer sur l’analyste les conflits infantiles du sujet qui peuvent être alors traités plus facilement que s’il n’y a pas, apparemment, transfert, comme dans la psychose, ce qui est le cas du Président Schreber traité par Freud dans Cinq Psychanalyses, où l’univers est anéanti et ne survit que le moi, l’énergie sexuelle s’étant totalement sublimée dans un délire de type « religieux ». En fait, Freud veut en découdre avec Jung qui trouve que son exposé pourrait expliquer « la psychologie d’un anachorète ascétique mais non une démence précoce » comme c’est le cas de Schreber ! Autrement dit la psychanalyse est impuissante, selon Jung, à traiter la psychose ( paranoïa, schizophrénie ), même si elle s’y intéresse, et doit se cantonner à la névrose ( obsessions, hystérie, phobie ). Freud franchit cette frontière en contrebandier ! Key word : névrose de transfert, sublimation, psychose, ce que peut la psychanalyse. Key names : Freud, Jung. Key works : Patrice Tardieu, Éros partout: normalité, névrose, psychose, thèmes mégalomaniaques, érotiques, mystiques, Bleuler. Philo blog du 08/03/2014. Freud, Cinq Psychanalyses, Remarques psychanalytiques sur l’autobiographie d’un cas de paranoïa. Jung, Métamorphoses et Symboles de la libido. Patrice Tardieu.

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans narcissisme
commenter cet article
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 22:37

Freud, si je me permets de le dire, va virer de bord ! La libido, qui avait toujours le caractère d’être une énergie psychique sexuelle, y compris dans la libido du moi, relié à « l’auto-érotisme » ( terme qui vient de Havelock Ellis dans ses Études de psychologie sexuelle, mais que Freud ne cite pas, de la femme amoureuse d’elle-même qui s’embrassait dans un miroir ), Freud, dis-je, va maintenant distinguer une énergie non sexuelle des pulsions du moi qu’il va mettre sous l’appellation déjà utilisée de « libido du moi », mais en lui retirant toute sexualité et désignant tout ce qui pousse à la conservation physique de l’individu, en particulier la faim. Et ceci en opposition à la « libido d’objet », sexuelle celle-ci, puisqu’il s’agit de la conservation de l’espèce qui dépasse largement l’individu, Freud reprenant la différence de « la faim » et de « l’amour » ( au sens, je dirais, où Schopenhauer entend ce mot dans sa Métaphysique de l’amour ). Key word : libido du moi métamorphosée par Freud, opposition de la faim et de l’amour. Key names : Schopenhauer, Freud, Havelock Ellis. Key works : Schopenhauer, le Monde comme Volonté et comme Représentation, Supplément au livre quatrième, XLIV. Havelock Ellis, Études de Psychologie sexuelle, XIII. Freud, Pour introduire le narcissisme. Patrice Tardieu.

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans narcissisme
commenter cet article
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 22:57

Freud introduit un troisième terme psychiatrique, celui de « paranoïaque », qui, dans le langage courant est devenu synonyme de « malade mental », et , en psychiatrie, d’une personne totalement délirante mais totalement convaincue dans ses affirmations avec une grande rigidité psychique. Le mot « paranoïa » existe déjà dans l’Antiquité : Platon, dans les Lois, XI, 928 e, parle de fils qui veulent attaquer en justice leur « père atteint de paranoïa » ( du grec « para », « à côté » et « noûs » ou « noos », « raison ». Le « a » final venant d’une nécessité euphonique, « paranoïa »). Freud associe, de manière originale, la paranoïa avec « le fantasme de fin du monde », dont il voit deux variantes opposées: soit le monde n’existe plus car n’existe que l’être aimé ( dans la « folie amoureuse » ), soit le monde n’existe plus car n’existe que le moi; deux cas extrêmes puisque n’existe plus que l’objet aimé, ou bien le sujet n’aimant que lui-même. On voit que la libido ( « énergie psychique » ) a envahi l’autre désiré ou bien le soi-même, ce qui constitue le narcissisme. Si j’ose le dire, Freud n’est pas sorti de l’auberge! La libido est écartelée ! La difficulté de maintenir une unité à la libido quant à sa visée est considérable ! Comment va-t-il s’en sortir ? Key word : paranoïa. Key names : Freud, Platon. Key works : Patrice Tardieu, La guérison du démoniaque, Philo blog du 30/09/2008 au 10/10/2008 et le 16/12/2008. Freud, Pour introduire le narcissisme. Platon, Lois, XI, 928 e. Patrice Tardieu.

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans narcissisme
commenter cet article

Articles Récents

Liens