Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 23:22

Yogis qui offrent le sacrifice par le moyen du Sacrifice, le Soi, le Moi. Condamnation du doute.

Il faut se délivrer du « lien des œuvres », des effets de nos actions actuelles qui, si elles sont mauvaises, feront que l’on se réincarnera dans la vie prochaine (mauvais Karma) en un animal qui ne consomme que des charognes par exemple. Comment? Par le sacrifice. Il y a plusieurs sortes de sacrifice: on peut proposer aux dieux beurre clarifié, feu, offrande, mais certains Yogis « dans le feu brahmanique, offrent le sacrifice par le moyen du Sacrifice lui-même ». C’est le « feu » de la continence, de la fermeture des sens (ouïe…) aux objets sensibles. On peut sacrifier sa respiration en retenant aspiration et expiration. Tous ces hommes « effacent leurs péchés ». Krishna dit: « Quand tu possèderas la connaissance, tu n’éprouveras plus de défaillances, fils de Pându [père d’Arjuna]; par elle, tu verras tous les vivants dans ton Soi, et puis en Moi ». On voit ici qu’il n’y a nulle disparition du Soi ou du Moi. Et il ajoute: « Quand même tu aurais commis plus de péchés que tous les pécheurs, sur le vaisseau de la connaissance, tu traverseras tout péché ». C’est ainsi que l’on arrive à la béatitude. C’est le doute qui perd l’homme. Et il conclut: « Ce doute qui naît de l’ignorance et qui siège dans le cœur, tranche-le avec le glaive de la connaissance, marche à l’Union [Yoga] et lève-toi ».

Key word

: délivrance du lien des œuvres, sacrifice pour échapper au mauvais Karma, Yogis qui offrent le sacrifice par le moyen du Sacrifice, fermeture de tous les sens, arrêt de la respiration, effacement des péchés, le Soi, le Moi, béatitude, condamnation du doute.

Key names

: Krishna, Pându, Arjuna.

Key work

: la Bhagavad-Gîtâ, IV, 25-42.

Patrice Tardieu

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans religion
commenter cet article

commentaires

Saint-Songe 22/05/2013 07:46


Aurai-je confondu l'exil et l'exode ? C'est cela. Comme vous dites (2ème aval  de la journée !)

Patrice TARDIEU 22/05/2013 23:24



Deuxième bon pour aval!



Saint-Songe 20/05/2013 23:59


Je vous invite de dire cela à l'une des seules femmes rabbin de france qui abonde dans mon sens, j'ai nommé Delphine Horvilleur,, elle officie au Mouvement Juif libéral de France dans le 15e arrondissement de
Paris.

Patrice TARDIEU 21/05/2013 23:32



Je pense que c'est vous qui confondez le Saint des Saints, c'est-à-dire le Tabernacle au milieu duquel Dieu doit habiter (Exode, 25,8) et l'arche portative pour le rouleau de la Torah. Derrière
le voile du sanctuaire divin (Exode, 25,36), il n'y a pas la statue de Dieu, contairement à ce que les romains croyaient y trouver. Derrière le voile, il n'y a rien, rien de visible
conformément au deuxième commandement (Exode, 20,4).



Saint-Songe 20/05/2013 09:28


Il est pourtant su que quiconque voit de loin les deux rabbins portant la torah à bout de bras, ils perçoivent...."deux paires de seins" dans le Saint des Saints !... L'écriture sainte ramené au
lait nourricier, mon ami !.. On dit aussi qu'il n'y a "rien" pour qui va chercher une réponse à ses problèmes s'isolant dans le désert d'une Patagonie, façon Hildegarde de Bingen dans la quête de
ses quelques quatre cents courriers !... Alors, donc, il n'y a "rien" partout ?

Patrice TARDIEU 20/05/2013 23:30



Trêve de plaisanteries! Aussi bien dans le judaïsme que dans l'islam, il y a interdiction de représenter Dieu.



Saint-Songe 19/05/2013 08:03


Doute (n'oubliez pas le Talmud, qui n'est que longs dialogues de gens jamais d'accord entre eux)...  La foi s'accouple au doute, cela s'appelle de la pudeur (la pudeur du voile d'où on a
accès à dieu qu'en se cachant (ou : qu'en le cachant), s'il n'y avait plus de scepticisme, la vérité serait visible toute nue, et apeurerait tout un chacun, elle ne peut "se révéler" qu'en
doutant, qu'en se cachant, je regrette, je reste sur ma "position" dubitative.. La Torah elle-même est "cachée" derrière un rideau !... Ceux qui sont dans la salle de prière peuvent "douter"
qu'ielle y soit réellement !...

Patrice TARDIEU 20/05/2013 00:01



A l'intérieur du "Saint des Saints", derrière le rideau, à la Synagogue, il n'y a Rien! Car le divin ne peut être représenté! Mais "synagogue" signifie "cheminer ensemble" et les interprétations
sans fin des rabbins cheminent ensemble, il y a un fond indiscutable...



Saint-Songe 18/05/2013 07:13


Hum, hum hum , hum hum (démultiplié autant de fois que d' hum !..), j'ose croire que cette fois, vous faites un bel humour... (bon, je n'appose pas de smiley)

Patrice TARDIEU 19/05/2013 00:00



Le scepticisme n'est pas de mise si on veut comprendre une religion...



Articles Récents

Liens