Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 22:20

Visage, voix, vertige des baisers sans espoir, Proust.

Proust insiste sur les aspects antagonistes d’apparitions successives d’un même visage. Il y a véritablement création nouvelle à chaque fois. La première fois nous avions remarqué « un coup d’œil énergique », « un air hardi », la seconde fois, au contraire, ce sera « un profil quasi languide par une sorte de douceur rêveuse » qui nous frappera. D’où notre déception ( toujours présente chez Proust ) ou notre surprise. Le souvenir est battu en brèche par la nouvelle perception, et ce que nous désirions revoir n’est plus. Il va falloir « corriger l’écart entre notre désir et l’objet auquel il a cru correspondre ». Des corrections incessantes sont donc nécessaires pour réaccorder la justesse perdue sans cesse de la mémoire qui nous fait défaut continuellement à cause de nos désirs qui « travaillent » le souvenir.

Il en est de même pour la voix, d’autant plus qu’elle est « plus troublante » que les traits du visage. Il faut réajuster « telle inflexion, telle ligne profonde ». Le narrateur commente : « Si bien que les rectifications qu’à chaque rencontre nouvelle j’étais obligé de faire, pour le retour à la parfaite justesse, étaient aussi bien d’un accordeur ou d’un maître de chant que d’un dessinateur ». Mais la comparaison doit être elle-même rectifiée : « elle [ la voix ] n’offre pas seulement les mêmes surfaces singulières et sensuelles que lui [ le visage ], elle fait partie de l’abîme inaccessible qui donne le vertige des baisers sans espoir ». Il y a donc, selon Proust, dans la « musique » de la voix de la femme désirée la résistance à nos baisers !

Key word

: aspects antagonistes d’un même visage, création nouvelle, déception ou surprise, souvenir battu en brèche par la perception, ce que nous désirions n’est plus, corriger l’écart entre notre désir et l’objet auquel il a cru correspondre, corrections incessantes, justesse perdue de la mémoire, nos désirs travaillent le souvenir, la voix plus troublante, la voix n’offre pas seulement les mêmes surfaces singulières et sensuelles que le visage, abîme inaccessible qui donne le vertige des baisers sans espoir.

Key name

: Proust.

Key works

: Matière et Mémoire ( Bergson ), Du côté de chez Swann, A l’ombre des jeunes filles en fleurs ( Proust ).

L’île de notre nostalgie ( 2.1.z ).

Patrice Tardieu

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans nostalgie
commenter cet article

commentaires

Jeanne R. 01/02/2012 20:48


Très cher Partrice Tardieu, votre phrase de conclusion est aussi belle que juste :
"Il y a donc, selon Proust, dans la « musique » de la voix de la femme désirée la résistance à nos baisers !"
Bien à vous,
Jeanne

Patrice TARDIEU 01/02/2012 23:22



Merci,


très chère Jeanne.



Articles Récents

Liens