Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 21:31

Véritable Esprit du libertinage, Principes sûrs, immoraux, le « bizarre », Sade.

Il y a, pour Sade, un véritable « Esprit du libertinage » qui n’est pas influencé par l’état physique de la personne. Cette thèse apparaît avec le personnage historique ( Sade était officier, en 1760, en Allemagne, pendant la guerre de sept ans ) du Prince Henri de Prusse, jeune frère de Frédéric II, « plus amateur des hommes que des femmes », mais il lui prête ses propres théories. Il lui fait dire : « Mes principes sont sûrs, c’est que je suis immoral par système et non par tempérament; l’état de force ou de faiblesse dans lequel je puis être, ne contribue nullement aux dispositions de mon esprit ». Le libertinage, pour Sade, est une passion, mais celle-ci est enflammée essentiellement par l’imagination : « Aucune passion n’est exigeante comme celle du libertinage, parce qu’il n’en est aucune qui chatouille, qui pique, qui agace aussi vivement le genre nerveux, aucune qui porte dans l’imagination un incendie plus considérable ». L’homme est rapidement blasé de ses goûts premiers, il va donc finir par les raffiner jusqu’au « bizarre » ( les anglais conserveront dans leur langue ce sens sadien du mot ), ce qui enclenche le « libertinage » tel que l’entend Sade.

Key word

: véritable Esprit du libertinage, principes sûrs, immoral par système et non par tempérament, passion, imagination, goûts, le « bizarre ».

Key names

: Sade, le Prince Henri de Prusse, Frédéric II.

Key work

: Sade, La Nouvelle Justine chapitre XI.

Patrice Tardieu

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans Marquis de Sade
commenter cet article

commentaires

Jeanne R. 18/09/2012 20:22


Et la maïeutique socratique a donc bel et bien fonctionné !!

Patrice TARDIEU 20/09/2012 23:01



L'esprit peut être séparé, en effet, du corps, mais de façon très différente car Socrate prône la vertu ! Cependant il peut y avoir accouchement des esprits.



Jeanne R. 17/09/2012 19:24


Très cher Patrice Tardieu,
Pour moi, avant de vous rencontrer Sade était juste un écrivain et non un philosophe ; oui, c'est grâce à vous, vous qui m'avez montré la profondeur de cet homme des plus complexes ainsi que sa
philosophie.
Bien à vous,
Jeanne

Patrice TARDIEU 18/09/2012 19:51



Très chère Jeanne, ce que vous me dites là me fait vraiment plaisir.



Jeanne R. 17/09/2012 00:34


PS : Vous avez rectifié : de se "démarquer"

Patrice TARDIEU 17/09/2012 19:00



Oui, mais sur le fond je suis d'accord avec vous.



Jeanne R. 17/09/2012 00:33


Très cher Patrice Tardieu,
Sade s'est fabriqué un esprit de révolte, son libertinage particulier (une façon comme une autre, pour lui, de se démarqué) est malgré tout une philosophie à part entière.
A vous lire,
Jeanne

Patrice TARDIEU 17/09/2012 18:56



Très chère Jeanne,


certains n'ont pas voulu reconnaître Sade en tant que philosophe, mais il a construit toute une philosophie de l'abîme de l'âme humaine.



bertrand SAINT-SONGE 12/09/2012 22:02


Par sa "passion", il dit oui au vice, et non à la vertu, et pour ce faire, il prend la voix de Saint Fond qui professe : "Il est beaucoup moins drôle d'être vertueux que vicieux. Le vice
amuse et la vertu fatigue ; or, je crois que ce qui sert à nos plaisirs doit toujours l'emporter sur ce qui n'est bon qu'à nous donner des vapeurs..." ; la passion est synonyme de souffrance et
d'amour. La crucifixion en fut l'acmé majeur.

Patrice TARDIEU 13/09/2012 20:34



Belle analyse de la passion.



Articles Récents

Liens