Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

12 août 2013 1 12 /08 /août /2013 22:28

Sa jouissance reste la douleur, aliénation de l’Esprit dans le monde, enfantement du Concept, Hegel.

Cependant, pour Hegel, l'esprit doit s'aliéner dans le monde, ne pas s'enfermer dans le solipsisme. La nostalgie en tant que douleur et retour du négatif est donc au centre de toutes les figures de l'Esprit. Elle permet l'enfantement du Concept, c'est-à-dire de l'esprit conscient de soi-même dans son auto-mouvement incessant, même au niveau du Savoir absolu. On sait que la Phénoménologie de l’Esprit s’achève sur la citation un peu remaniée par Hegel de deux vers d’un poème de Schiller qui évoquent l’horizon infini de la mer que l’on ne peut jamais atteindre. Car, à la fin, l'Esprit n'est pas en repos mais agité par le retour et la douleur, la nost-algie. "Sa jouissance reste la douleur" (tome I, p.192, traduction de Jean Hyppolite).

Key word

: l’Esprit ne doit pas s’enfermer dans le solipsisme, auto-mouvement incessant même à la fin, horizon infini.

Key names

: Hegel, Schiller; Jean Hyppolite ( j’ai assisté au Collège de France à sa leçon justement sur cette fin de la Phénoménologie).

Key works : Hegel, Phénoménologie de l’Esprit ( traduction de Jean Hyppolite, tomes I et II). Schiller, L’amitié (poème).

L’île de notre nostalgie, 7, 5, c.

Patrice Tardieu

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans nostalgie
commenter cet article

commentaires

SAINT-SONGE 19/08/2013 13:31


Et vous pensiez que je ne le savais pas que Sapphô vécût avant Aristote ?

Patrice TARDIEU 19/08/2013 22:34



Pourquoi alors l'avoir écrit dans votre commentaire n°13?



SAINT-SONGE 19/08/2013 08:09


lire au pluriel : poético-philosophiques

Patrice TARDIEU 19/08/2013 13:06



Je vous ferais remarquer que la poésie véritablement philosophique est très rare: Parménide, Nietzsche.



SAINT-SONGE 19/08/2013 08:04


Ah mais j'admets, j'estampille, je persiste et signe, oui oui oui, les items, je les paraphe du même. Ne vous inquiétez pas. Je ne me débine point. La Poésie a été nommée Philosophie en premier
temps de son existence. On s'achemine ainsi avec Heidegger vers la Parole, comme il ajoute : "le parlé à l'état pur est le poème. La vraie parole est Poésie.Le langage est la maison de l'être.Le
poète est médiateur entre les dieux et les hommes et le penseur est celui qui nous achemine vers la poésie " (de sorte que pour moi un penseur est philosophe, d'où le premier terme de poésie se
nomme bien Philosophie, c q f d , par la "raison" ou le "raisonnement" d'Heiddeger votre ami... Les papyrus, ou morceaux de papiers déchirés retrouvés de Sapphô prouvèrent ainsi qu'avant terme de
Philosophie était la Poésie (sans qu'elle ait défendue ni tenue quelqu'argument que ce soit en ce sens hormis peut-être du Plotin en sa bouche : "ce qui est beau est bon et ce qui est bon est
beau également", puis le saphisme est devenu cette dépravation semblable à celle qu'on a imputé à Sapho (ou sappho, certaines fois écrit) et aux lesbiennes en général, tout comme vous l'imputez
aux usuels de ceux qui usent et abusent des smileys...pour leur "désir" (titre saphique)... Ainsi donc Sappho est la mère du lyrisme poétique, la première poétesse et même pour certains la
dixième Muse !... Cela, dès l'Antiquité (avant votre Aristote, ai-je ainsi voulu dire, ce que j'admets donc de nouveau par ce développement que vous m'obligez...) Elle inspira d'Ovide à Yourcenar
en passant par Baudelaire et votre serviteur-lecteur des fantasmes d'écriture plus ou moins ....poético-philosophique... (je vous renvoie à mon ouvrage : Au seuil de l'Apaisement, pour ce
faire)... A l'extrémité Nord-Est du monde grec retentissait donc une voix préfigurant Aristote et suiveurs, la dénommée Sapphô, ne vous en déplaise. : 2ème moitié du VIIème Av. J.C  
 Alleluia.

Patrice TARDIEU 19/08/2013 13:04



Je voulais seulement vous faire admettre que Sapphô (dont j'admire la poésie) ne pouvait pas donner la moindre opinion sur Aristote étant donnée la différence des siècles. Sapphô ayant vécu de
deux à trois siècles avant Aristote.



SAINT-SONGE 18/08/2013 21:45


13 ?...Un mauvais chiffre (d'ailleurs nous sommes en 2013 !...)

Patrice TARDIEU 19/08/2013 00:36



A votre commentaire n°12, j’avais répondu: « La philosophie est liée à la « théoria » et non à la « poiésis » cf. Aristote (Éthique à Nicomaque).


Et votre réponse (commentaire n°13) commence par les mots: « Pas pour les [texte peu visible] papyri de Cologne 21351 et 21376 ( premiers poèmes de Sapphô) il n’y a pas qu’Aristote qui détermine
l’ensemble de la raison grecque ».


Admettez-le!



SAINT-SONGE 18/08/2013 20:26


J'ai jamais écrit qu'elle avait écrit sur Aristote !.. Pour "la plaisanterie", c'est un titre de Kundera, ...

Patrice TARDIEU 18/08/2013 20:34



J'ai très exactement transcrit votre commentaire n°13!



Articles Récents

Liens