Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 19:35

Obéissance aveugle, sacrifice religieux, Abraham et son fils, immolation, angoisse, Sébastien Castellion, Le Caravage.

Je reviens sur l’obéissance aveugle d’Abraham aux commandements de Dieu. Le récit biblique est effrayant. Dieu lui ordonne d’offrir en holocauste ( que traduit par « brûlage » en français Sébastien Castellion en 1555 ) son fils bien-aimé. Abraham coupe du bois pour qu’il soit entièrement consumé par le feu. Il charge son fils du bois coupé et il emporte de quoi l’allumer et le couteau du sacrifice. L’angoisse du fils se fait sentir lorsqu’il demande à son père : « Mais où est l’agneau pour l’holocauste ? ». Il lui répond : « Dieu y pourvoira ». Arrivé au lieu désigné par Dieu sur la montagne, Abraham range le bois et en fait un autel, il lie son fils par-dessus, prend le couteau pour l’égorger.

Si nous ne connaissions pas la suite, ce récit serait plus qu’inquiétant. Cette scène est représentée dans toute sa violence par Le Caravage : l’immolation va avoir lieu, le fils lié hurle sa terreur mais sa tête est maintenue très fermement par la main vigoureuse du vieil homme, pendant que dans l’autre brille la lame du couteau.

Dans le texte biblique le fils se nomme Isaac. Dans le Coran, sourate XXXVII, versets 99 à 113, Abraham voit en songe l’immolation de son fils ( il s’agit d’un « garçon » sans autre précision ) et lui demande son avis. Il répond : « Exécute l’ordre que tu as reçu ». Alors Abraham couche son fils le front contre terre…Mais s’agit-il d’Isaac ou bien d’Ismaël ? La tradition islamique penche du côté d’Ismaël. Rappelons que le Judaïsme comme l’Islam se réclame d’Abraham, mais celui-ci a eu deux fils, l’un avec sa servante « égyptienne » Agar, Ismaël, et l’autre avec sa femme Sara, Isaac. Les musulmans en fêtant « l’Aïd-el-kébir », « la grande Fête », commémorent en immolant un mouton le sacrifice d’Abraham qui a substitué finalement à son fils un bélier après l’intervention inopinée, imprévue et inattendue de l’ange.

Key word

: obéissance aveugle, commandements de Dieu, récit biblique effrayant, holocauste, brûlage, fils bien-aimé, couteau du sacrifice, angoisse, l’agneau, autel, immolation, terreur, tête tenue de main de fer, intervention inopinée de l’ange.

Key names

: Abraham, Isaac, Ismaël, Sara, Agar, Sébastien Castellion, Le Caravage.

Key works

: Le sacrifice d’Isaac ( peinture par Le Caravage, Galerie des Offices à Florence ), Bible traduite en français parue en 1555 ( Sébastien Castellion ), Genèse, XXII, 1-18, Coran, XXXVII, 99-113.

L’île de notre nostalgie ( 2.3.g ).

Patrice Tardieu

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans religion
commenter cet article

commentaires

Jeanne R. 04/04/2012 00:45


Très cher Patrice Tardieu,
Oui, pour moi cet état ne fait pas de doute, le fils d'Abraham (comme tous les fils, hormis les rebelles) est soumis au père, soumis par l'autoritaire qu'impose son père aimant. Et cela n'est pas
forcément castrateur ni inhibant, puisque c'est le rôle défini d'un père, en général.
A vous lire,
Jeanne

Patrice TARDIEU 04/04/2012 21:07



Très chère Jeanne,


l'obéissance du fils au père est en général demandée, mais il y a aussi la parabole du fils prodigue dans les Evangiles. En ce qui concerne l'épisode avec Abraham, le fils veut bien porter le
bois mais il ne sait pas que c'est lui l'agneau ! Abraham est prêt à l'immoler ! Le tableau du Caravage est très parlant.



Jeanne R. 03/04/2012 00:27


Très cher Patrice Tardieu,
Dans ce sacrifice, on voit également la soumission du fils envers son père. DOnc, on a un adulte qui se soumet à son dieu, mais qui soumet son fils à lui, lui le père. Là, on est est au-delà de
l'obéissance aveugle mais bel et bien dans un rapport de soumission.
A vous lire,
Jeanne

Patrice TARDIEU 04/04/2012 00:01



Très chère Jeanne,


le fils est-il soumis ? Il pense qu'un agneau va être sacrifié. D'où sa question : où est l'agneau ?



Saint-Songe© 02/04/2012 23:11


Si Agar peut rendre Hagard, Isaac fait rire !... "Il rira", le peuple (de ses si vieux parents ; lui, cent ans, elle, quatre vingt dix !...:  " Quiconque l'apprendra, rira à mon sujet ! " )


Nul ne s'immole au ridicule qui ne tue !... L'amour peut faire "rire", par contre, quand l'un trompe alors que l'autre ignore tout de ce jeu de trahison...aveugle !..........

Patrice TARDIEU 03/04/2012 00:08



Le nom d'Isaac provient en effet du rire de Sara lorsque l'ange lui annonce qu'elle va enfanter alors qu'elle est âgée.



Articles Récents

Liens