Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 22:56

Je pense avoir déniché quelques « échos », c’est le cas de le dire, à cette pensée kantienne qui relie le rien à l’ombre. Dans la tragédie grecque, ces vers de Sophocle : « Nous les vivants, je le vois, nous ne sommes que fantômes, ombre fugace ». Dans l’admonestation de Socrate : « Quant à toi, la frayeur que tu as sans doute de ta propre ombre… » ( Phédon, 101 d ), et sur un mode comique : lorsque « l’habile orateur », grâce à la rhétorique, s’adressant à la cité ignorante, entreprend de persuader la foule sur quelque chose d’aussi important que le bien et le mal, en parle comme du « rien » qu’est « l’ombre d’un âne » ( Phèdre, 260 c ). Et le philosophe italien du Quattrocento, Marsile Ficin, nous ramenant au reflet narcissique dans un commentaire platonicien : « La lumière du soleil dans l’eau est une ombre par rapport à la lumière plus claire que nous voyons dans l’air. Celle qui resplendit dans l’air est aussi une ombre comparée à celle qui éclate dans le feu, et l’éclat du feu, une ombre en comparaison de la lumière qui brille dans le soleil lui-même » ( Commentarium in Convivium Platonis, en 1466 ). Key word : relier l’ombre au rien. Key names : Kant, Sophocle, Platon, Marsile Ficin. Key works : Marsile Ficin, Commentaire sur le Banquet de Platon, ( ou De Amore ), sixième discours, XVII, ( publié en 1466 ). Sophocle, Ajax, 126. Platon, Phédon, 101 d; Phèdre, 260 c. Patrice Tardieu.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans narcissisme
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Liens