Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 19:56

Le divin marquis et l’isolisme

« Isolisme », ce néologisme apparaît quatre fois chez Sade; dans les trois versions ( écrit en italiques ou en majuscules ) de Justine et dans Aline et Valcour où l’on trouve : « je crains l’isolisme ». On peut interpréter ce mot, me semble-t-il, à travers cinq définitions possibles; il y a polysémie.

1.Le premier sens, qui est obvie, le plus naturel, le plus évident, est celui de la situation de Justine elle-même, déréliction, abandon, esseulement, inquiétude, peur, angoisse, « jetée » dans la vie et vers la mort, « je cours à la mort » dit Justine; elle est « un voyageur égaré », ce qui n’est pas sans anticiper sur le concept de « Geworfenheit » chez Heidegger. « La malheureuse Justine deux fois repoussée dès le premier jour […] est condamnée à l’isolisme ». Cet isolisme peut être lié à un isolement géographique, là où personne ne peut vous entendre crier. Justine : « Me trouvant dans un endroit isolé […] je me sentis saisie par trois hommes ». Cet isolement est encore plus radical en ce qui concerne les repères des « scélérats », des « insignes coquins » qui pratiquent le rapt d’innocentes jeunes filles enfermées par eux dans des « couvents » au fond de sombres forêts, ou même dans « les entrailles de la terre ».

2.Le deuxième sens est celui de l’isolement du plaisir dans lequel chacun est enfermé et dont on ne peut sortir par définition. Mon plaisir ne peut être éprouvé, ressenti que par moi, quelle que soit l’empathie ou la sympathie d’autrui, il dépend de l’excitation de mon propre corps, de mes nerfs, de ma peau. S’il n’y a pas ce « frisson », il n’y aura pas de plaisir. « Si l’égoïsme est la première loi de la nature, c’est bien sûrement plus qu’ailleurs dans les plaisirs de la lubricité ». La jouissance est forcément égoïste et ne nécessite pas le partage avec le partenaire, soutient le personnage de Clément, car si l’on peut infliger la douleur facilement à autrui, son plaisir peut être feint.

Quant à l’amour il est disjoint de la jouissance : « C’est une chose très différente que d’aimer et que de jouir; la preuve en est qu’on aime tous les jours sans jouir, et qu’on jouit encore plus souvent sans aimer ».

Cet isolisme du plaisir est soutenu aussi par le personnage de la Dubois : ce qui nous touche est tout; ce qui touche autrui n’est rien pour nous. Chaque sujet est enfermé en lui-même car nous ne sommes pas autrui, ni son corps, ni sa tête.

3.Le troisième sens pourra surprendre, mais se trouve dans une réplique de Justine : c’est l’isolisme de Dieu, il n’est affecté par rien d’autre que lui-même, « Il n’a rien à redouter des autres ». Ceci me fait irrésistiblement penser au Dieu d’Aristote, « pensée de la pensée »,qui ne peut penser que lui-même, ou aux dieux épicuriens vivant dans les inter-mondes dont nous n’avons rien à craindre.

4.Le quatrième sens est l’isolisme intellectuel du philosophe : « Le philosophe, ne considérant que lui seul dans l’univers, c’est à lui seul qu’il rapporte tout ». Cet isolisme philosophique semble faire référence à ce qu’on a appelé le « solipsisme » de Descartes dans ses Méditations.

5. Le cinquième sens est une interprétation biographique : Sade ayant passé une grande partie de sa vie dans l’isolement, l’enfermement et la réclusion, l’isolisme est un néologisme fait pour lui. Il a vécu « l’enfer » du « huis clos » ( « portes closes ».

Patrice Tardieu

Key word

: isolisme, néologisme, cinq définitions, obvie, déréliction, abandon, esseulement, inquiétude, peur, angoisse, jeté dans la vie et vers la mort, voyageur égaré, isolement, plaisir, égoïsme, douleur, plaisir feint, l’amour différent de la jouissance, aimer, jouir, isolisme du plaisir, nous ne sommes pas autrui ni son corps ni sa tête, isolisme de Dieu, affecté par rien d’autre que lui-même, isolisme philosophique intellectuel, solipsisme, isolement, enfermement, réclusion, huis clos.

Key names

: le divin marquis, Sade, Heidegger, Aristote, Épicure, Descartes, Sartre.

Key works : Aline et Valcour, Justine, Être et Temps, Métaphysique

( d’Aristote ), Lettre à Ménécée ( d’Epicure ), Méditations ( de Descartes ),Huis Clos ( de Sartre ).

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans Marquis de Sade
commenter cet article

commentaires

Saintsonge 26/09/2011 21:35



Le sur-moi "isole" le "moi" dans les enfermements de l'interdiction à vivre pleinement sous l'emprise du "ça" des pulsions sadiques (à savoir que nul n'est libéré d'un emprisonnement
socio-éducatif et religieux)...  Qui est pleinement et vraiment libre d'être lui-même, en ce cas , libre et nu ?...  Je ne pense pas que "dieu" soit dans son "isolisme", car il se
serait "enfermé" lui-même dans "sa" création : l'univers, le cosmos et au-delà les frontières noires... Sade s'est cloîtré dans son écriture dedans les murs d'une Bastille , prison de pierres et
de lois..., sa belle-mère l'y ayant mené sous son joug... Quel enfermement trine , dites-moi !... Qui n'est pas entendu par sa famille, rejeté par ses pairs, ignoré de toute classe politique,
exilé géographiquement, sans ressource presque, dépourvu de son Nom, aux fers de l'insupportable, s'il ne se suicide pas ni ne devient fou, il ne peut qu'écrire pour s'évader au mieux de toutes
ses "infortunes".... Ceci dit, c'est bien vu, votre approche....



Patrice TARDIEU 27/09/2011 00:49



Merci


Patrice Tardieu



Jeanne R. 26/09/2011 20:33



 


Cher Patrice Tardieu,
Votre article - comme les autres d'ailleurs - est impeccable, essentiel, clair, parlant, réfléchi, pertinent, convaincant... Il est si impeccable que je ne sais qu'ajouter d'autre, si ce n'est de
vous dire sans flagornerie : quelle chance de communiquer avec Vous !
Jeanne



Patrice TARDIEU 27/09/2011 00:44



Merci


Patrice



Articles Récents

Liens