Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 23:57

La Justine du marquis de Sade

Pourquoi la Justine de Sade s’appelle-t-elle ainsi ?

Dans l’histoire, il a existé effectivement une Justine, impératrice, dont nous parle saint Augustin dans ses Confessions ( Livre IX, chap.VII ). Convertie à l’arianisme ( doctrine d’Arius, prêtre d’Alexandrie qui niait la divinité du Christ ), elle persécuta Saint Ambroise ( qui baptisa Augustin ) mais calma sa « fureur » ensuite, sans se convertir. Ce n’est pas tout à fait la Justine de Sade, ( même si l’éducation religieuse de celui-ci lui a peut-être fait connaître cette Justine historique ) !

Mais il y a mieux, une Sainte Justine dans La Légende Dorée de Jacques de Voragine qui nous explique pourquoi elle porte ce nom; l’appellation correspond à la personne et à son action ( ou à sa « passion », ce qu’elle va subir, ce dont elle va pâtir, pour d’autres Saintes ).« Justine est ainsi nommée, de « justice », car par sa justice, elle a rendu à chacun ce qui lui appartient : à Dieu l’obéissance, à son supérieur le respect, à son égal la concorde, à son inférieur la discipline, à ses ennemis la patience, aux misérables et aux affligés la compassion, à elle-même de saintes œuvres et au prochain la charité ». Racontons cette « légende dorée » ( « legenda aurea » qu’il vaudrait mieux traduire par « histoire, étincelante comme l’or, qu’il faut lire » ). Justine est une vierge dont Cyprien est éperdument amoureux. Pour jouir d’elle, il fait appel d’abord à un démon, mais elle refuse cet amour illicite, puis un autre qui n’arrive pas non plus à « blesser son cœur d’un amour de débauche »; il a recours alors au « Prince des démons » qui va employer quatre méthodes successives. D’abord un argument : « Croissez et multipliez » a dit Dieu, puis une transformation physique, il se métamorphose en un très beau jeune homme qui se jette sur elle pour l’embrasser, enfin, toute la région étant frappée de calamités, il fait courir le bruit qu’il en sera ainsi tant que Justine refusera de se marier; ne réussissant toujours pas, il prend l’apparence de Justine et se présente à Cyprien, mais le tour est déjoué. « Il en résulta que Cyprien fut encore plus enflammé d’amour pour Justine ». Il voulut employer la magie et lui apparaître sous la forme d’un oiseau, mais cette apparence ne modifia en rien la « vertu » de Justine qui réussit à convertir Cyprien au christianisme et tous deux devinrent des martyrs à cette époque.

Rappelons que l’ouvrage de Sade s’intitule Justine ou les Malheurs de la Vertu et qu’il va lui faire rencontrer toutes sortes de personnages « diaboliques ».Dubourg que les larmes, les plaintes, la misère de Justine ne fait qu’enflammer, Du Harpin l’avare qui l’accuse de vol, la Dubois pour qui le mal est nécessaire, Cœur-de-fer qui avance que « les femmes n’existent que pour servir de jouissance aux hommes », Saint-Florent dont Justine sauve la vie et qui va la récompenser en la violant ( « Ô homme, te voilà donc quand tu n’écoutes que tes passions! » s’écrie-t-elle ), Bressac qui veut empoisonner sa tante ( dans Les Infortunes, c’est sa mère ! ), Rodin prêt à disséquer sa fille, les moines lubriques de Sainte-Marie-des-Bois, Gernande qui saigne sa femme, Roland et son sinistre caveau, « Monseigneur » qui coupe les têtes.

Finalement Sade a bien écrit la« legenda aurea  » de sa Justine : d’un côté, l’injustice, la déraison, la démesure, l’ « ubris », le dérèglement de ses personnages scélérats à passions cruelles; de l’autre, Justine, juste, équitable, raisonnable, charitable, martyrisée par tous ces odieux individus qui doivent susciter la haine.

On s’est souvent plaint de la description fade des victimes chez Sade, mais à tort car elles doivent ressembler aux saintes et innocentes, comme Eulalie, proie du « Monseigneur » sadien, qui est semblable à la Vierge Marie. Sade ne peut pas sortir de cette image hagiographique.

Patrice Tardieu

N.B. : je me suis penché sur Sainte Agathe dans un essai publié qui se trouve sur mon Philo Blog intitulé : Seins, l’idole et l’icône (1), mis en ligne le 26/08/2007, texte, et image de Sainte Agathe; et (2) illustrations supplémentaires, le 06/01/2009.

Key word

: arianisme, fureur, nom, appellation, action, passion, justice, rendre à chacun ce qui lui est dû, histoire étincelante comme l’or qu’il faut lire, vierge, jouir d’elle, démon, amour illicite, amour de débauche, le prince des démons, croissez et multipliez, transformation physique, enflammé d’amour, vertu, les malheurs de la vertu, personnages diaboliques, larmes, plaintes, le mal nécessaire, les femmes n’existent que pour servir de jouissance aux hommes, viol, passions, poison, lubricité, injustice, déraison, démesure, dérèglements, personnages scélérats à passions cruelles; juste, équitable, raisonnable, charitable, martyr, odieux individus, description fade, sainte et innocente, image hagiographique, seins, l’idole, l’icône.

Key names

: Justine , marquis de Sade; l’impératrice Justina, Saint Augustin, Arius, Saint Ambroise; Sainte Justine, Cyprien; Dubourg, Du Harpin, la Dubois, Cœur-de-fer, Saint-Florent, Bressac, Rodin, Gernande, Roland, Eulalie; Sainte Agathe ( de Zurbaràn ).

Key works : Justine ou les malheurs de la vertu, les Infortunes de la vertu; Les Confessions

( de Saint Augustin), la Légende Dorée ( de Jacques de Voragine); Seins, l’idole et l’icône ( de Patrice Tardieu).

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans Marquis de Sade
commenter cet article

commentaires

Jeanne R. 07/10/2011 00:12



Cher Patrice Tardieu, une fois de plus c'est juste passionnant !
Jeanne



Patrice TARDIEU 08/10/2011 01:29



Merci, chère Jeanne



Articles Récents

Liens