Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 00:28

L’inhumanité dans l’humain, la banalité du mal, portrait du bourreau, les khmers rouges

Le témoignage de François Bizot dans le Silence du Bourreau est particulièrement poignant car il traite de l

inhumanité de lhumain.

Avant lui, il y avait eu le Rapport sur la banalité du mal dHannah Arendt qui montrait comment cet homme qui avait tout raté dans sa vie, Eichmann, qui sétait engagé dans le Parti Nazi sans en connaître la doctrine, « nétait pas un monstre » mais « un clown ». Elle sinterrogeait sur « lindicible, limpensable banalité du mal ».

Et, avant elle, Joseph de Maistre avait fait un portrait saisissant du bourreau ( les Soirées de Saint-Pétersbourg ) avec cette réflexion : « Cette tête, ce cœur sont-ils faits comme les nôtres ? Ne contiennent-ils rien de particulier et détranger à notre nature ? [] Il est fait comme nous extérieurement; il naît comme nous. [] Il dit dans son cœur : Nul ne roue mieux que moi.[] Est-ce un homme ? Oui ».

Mais le cas du Cambodge nous touche puisque cest en France quon a fait de Pol Pot un révolutionnaire fanatique, et que Khieu Samphân, théoricien de « lAngkar » ( « lOrganisation Révolutionnaire »), était à la Faculté de Montpellier en 1955 et publia sa thèse sur la paysannerie où il soutint que les villes sont des « sangsues » pour les campagnes, origine de lidée meurtrière de la déportation des citadins dans les « champs » de la mort, utopie dun étudiant à lUniversité française ! Il rejoindra les Khmers rouges en 1967.

Quant à Douch, de son vrai nom Kang Kek Ieu, il sest illustré au Centre d’extermination M13 ( où a été François Bizot, seul rescapé ), puis au S21 où, pour obtenir de soi-disant aveux, on arrachait les ongles, on écorchait vivant les détenus , qui a occupé le local même du Lycée français de Phnom Penh, où il y eut 17000 personnes torturées à mort et 6 survivants. Douch a noté dans un registre: « frappe le détenu jusquà ce quil ne reste plus que poussière ». Parmi les survivants, il y eut le peintre Van Nath. Lui aussi eut lhabileté de parler à Douch qui discourait sur Van Gogh et Picasso, mais surtout il fit ses portraits avec douceur et respect. Douch voulait que son visage soit de couleur rose comme la peau lisse et fine dune jeune vierge !

Ceci mamène à dire quil ny a pas seulement le rôle dune « idéocratie » ( lidéologie au pouvoir ) qui disculperait les individus de toute culpabilité, mais responsabilité personnelle puisque Douch a décidé de sauver ou non quelques vies. Le mot employé nétait pas « tuer » mais « anéantir » ( « kamtech ») les détenus après les avoir torturés. Comme un des gardes ( Choueng Ek ) le dit : « nous nous appliquions à lanéantissement ». Douch surveillait et attendait lexécution.

Le procès de Douch sest ouvert le 13 août 2008, a abouti à une condamnation, en 2010, de 35 années de prison réduites à 19. François Bizot y a témoigné mais cela a eu pour effet de « disculper » dune certaine manière Douch au profit dun système idéologique responsable de tout, et du fait de dire que Douch est un « homme comme nous » a engendré cette idée dune inhumanité inscrite dans lhumanité, dans le bourreau comme dans la victime comme François Bizot lui-même.

Jaimerais dire un mot sur la conversion au catholicisme de Douch. Sil était resté bouddhiste, la sanction était terrible : son Karma et son Samsara ( réincarnation dans la prochaine vie en fonction de ses actions dans celle-ci ) eussent été horribles. Il vaut mieux se convertir à une religion du pardon. Ta Mok, « Frère n°6 », surnommé « le boucher », avait été bonze. Il est mort sans avoir été jugé le 21 juillet 2006.

Patrice Tardieu

Key word

: inhumanité de l’humain, banalité du mal, pas un monstre mais un clown, l’indicible impensable banalité du mal, le bourreau est-il comme nous ? Oui, révolutionnaire fanatique, origine de l’idée meurtrière de la déportation des citadins dans les champs de la mort, centre d’extermination, torture pour obtenir de soi-disant aveux, le bourreau Douch voulait que son visage soit comme celui d’une jeune vierge, l’idéocratie, l’idéologie au pouvoir mais responsabilité personnelle, non pas tuer mais anéantir, disculpé au profit d’une idéologie et d’une inhumanité de l’être humain, conversion religieuse du bourreau.

Key names

: François Bizot, Joseph de Maistre, Hannah Arendt, Eichmann, Khieu Samphân ( Théoricien de l’Organisation Révolutionnaire [« Angkar »] khmer rouge, Président du Kampuchéa Démocratique ), Douch ( Directeur du camp de torture S21 ), Choueng Ek ( un garde-exécuteur au camp S21 ), Ta Mok ( « le boucher » ), Vanh Nath (peintre survivant ).

Key works : le Silence du Bourreau

( François Bizot ), les Soirées de Saint-Pétersbourg ( Joseph de Maistre ), Eichmann à Jérusalem rapport sur la banalité du mal ( Hannah Arendt ), « S21, la machine de mort khmère rouge »( Rithy Panh ) documentaire ( DVD ) où l’on voit de nombreux gardes-exécuteurs mimer leurs actions et le peintre survivant Vanh Nath, le Pays des tigres disparus émission de France-Culture avec un long entretien de Laure de Vulpien avec Khieu Samphân où il affirme n’avoir aucun regret ni aucune excuse à donner, il refuse le terme de « génocide » et la qualification de Pol Pot comme « ogre » ayant dévoré ses « enfants ».

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans politique et religion
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Liens