Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 22:22

Jésus, Jean, Jung devant Hésiode et Aristote; le Paraclet face à la sagesse antique du juste milieu.

Jung nous dit que, face aux problèmes de la vie, la sagesse antique nous disait de ne rien exagérer et que le bien résidait dans la juste mesure. Peut-être fait-il référence à cette affirmation déjà d’Hésiode (fin huitième siècle av.J.C.): « Garde toujours la mesure; en tout, la justesse est suprême »( les Travaux et les Jours, 694) ou bien à la célèbre théorie d’Aristote sur la « mésotès », la « médiété » ou « juste milieu »( Éthique à Nicomaque, II, 5). Mais il faudrait être entièrement rationnel. Et déjà dans l’Ancien Testament retentit le « De Profundis clamavi ad Te, Domine », « des Profondeurs je crie vers Toi, Seigneur » (Psaume 130) que Jung commente ainsi: « être véritablement homme, c’est être, à l’extrême, éloigné et différent de Dieu ». Cependant il y a éloignement et proximité dans le christianisme car Dieu s’y fait homme en la personne de Jésus. Si bien que « Dieu est si loin de lui-même qu’il lui faut se rechercher lui-même dans le plus total abandon » et être aussi « tout autre ». C’est pourquoi on peut faire intervenir le « Paraclet » (« le Consolateur »; je donne la référence: Jean, 16,7-15). On voit le rôle que joue la religion dans la psychologie analytique de Jung.

Key word

: sagesse antique, juste mesure, mésotès, médiété, juste milieu, des profondeurs je crie vers toi Seigneur, l’homme à l’extrême éloigné de Dieu dans l’Ancien Testament; mais Dieu fait homme dans le Nouveau Testament, Dieu doit se chercher lui-même dans le plus total abandon, dans le tout autre que lui-même, le Paraclet, le Consolateur.

Key names

: Hésiode, Aristote; Jésus, le Paraclet; Jean, Jung.

Key works

: Patrice Tardieu sur la Théogonie d’Hésiode: Obscénité et violence à l’origine du monde, Philo blog, 12/02/2008 au 04/04/2008. Aristote, Éthique à Nicomaque, II,5. Hésiode, les Travaux et les Jours, 694. Psaume 130. Évangile de Jean, 16, 7-15. Jung, l’âme et la vie.

Patrice Tardieu

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans religion
commenter cet article

commentaires

Saint-Songe© 05/01/2013 23:29


L'Homme en profondeur clame à vie l'Absence car il doute qu'il ne puisse vivre sans une
Présence qui le dépasse tout en la niant (par l'athéisme)... C'est alors "l'insoutenable légèreté" de l'incroyant face à la certitude du croyant ferme et indétrônable. Le Saint Esprit , qui fit
pousser ainsi les fleurs sur le bâton de Joseph quand il sut qu'il fut le père élu du Sauveur, malgré son vieil âge, sans "connaître" Marie la nubile (19 ou 20 ans, je crois), qu'après
"l'enfantement"... Mais, alors, la virginité contestée ? Elle rejoint votre précédent billet. Est-ce qu'on ne serait pas que dans l'anamnèse, ainsi que pour les premiers baisers proustiens, alors
?... Le Baiser du Paraclet sur le front de notre naissance ?..Qui l'a donné, à votre avis, je dis : ce baiser Un, ce souffle de la vie nôtre ? Celui de l'Homme premier, aussi ?

Patrice TARDIEU 06/01/2013 23:20



Réflexion profonde et pleine de problématiques.



Articles Récents

Liens