Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 00:11

Impossibilité de connaître une personne, ombre, méthode utraquistique, l’un et l’autre.

Je reviens sur le mot « ombre » dans le titre « A l’ombre des jeunes filles en fleurs ». Il est repris deux fois ( je le soulignerai ) dans un passage de « Le côté de Guermantes » sur l’impossibilité de connaître une personne. Il s’agit ici de Françoise qui avait été décrite ainsi avant le voyage à Balbec : « la modestie et l’honnêteté qui donnaient de la noblesse souvent au visage de notre vieille servante […] faisait penser à quelqu’une de ces images d’Anne de Bretagne peintes dans les livres d’heures », et maintenant «  j’apercevais en elle la bonté et la franchise ». Mais Jupien lui révèlera qu’elle disait de lui qu’il ne valait pas la corde pour le pendre ! Proust se pose des questions sur la perception que chacun peut avoir du monde réel avec des yeux différents et s’il en est ainsi dans tous les rapports sociaux et même dans l’amour ! « une personne n’est pas […] claire et immobile devant nous avec ses qualités, ses défauts, ses projets, ses intentions à notre égard […] mais est une ombre où nous ne pouvons pénétrer, pour laquelle il n’existe pas de connaissance directe, au sujet de quoi nous nous faisons des croyances nombreuses à l’aide de paroles et même d’actions, lesquelles les unes et les autres ne nous donnent que des renseignements insuffisants et d’ailleurs contradictoires, une ombre où nous pouvons tour à tour imaginer, avec autant de vraisemblance, que brillent la haine et l’amour ».

Les jeunes filles sont donc, elles aussi, des « ombres » en ce nouveau sens, pourrait-on dire, en donnant une autre interprétation possible que les deux autres, éclairant différemment les mêmes personnages, selon notre méthode « utraquistique » ( du latin « uterque » : « l’un et l’autre » ) que j’ai mise en place pour expliquer de nombreuses œuvres d’artistes : Picasso, Sébastien Bourdon, James Pradier, Ingres, Cabanel, Dandré-Bardon. Toutes ces études ont été publiées dans une revue d’art; et mises sur mon Philo blog, sauf les deux dernières que je n’ai pas encore mises en ligne.

Key word

: ombre, impossibilité de connaître une personne, question de perception que chacun peut avoir du monde réel avec des yeux différents dans tous les rapports sociaux et dans l’amour, méthode utraquistique qui donne une multiplicité d’entrée pour éclairer une œuvre, un artiste, un être humain.

Key names

: Françoise, Balbec, Anne de Bretagne, Jupien, Proust, James Pradier, Cabanel, Sébastien Bourdon, Ingres, Picasso, Dandré-Bardon.

Key works

: Le côté de Guermantes ( Proust ), Très Riches Heures du duc de Berry, quinzième siècle ( Musée de Condé à Chantilly ); la méthode utraquistique se trouve à l’œuvre dans : Picasso, paraboles, Philo blog du 06/05/2008 au 27/05/2008 et 15/12/2008; La guérison du démoniaque ( Sébastien Bourdon ) du 30/09/2008 au 10/10/2008 et 16/12/2008, 03/01/2009; Candaulisme : Nyssia callicysthe ( James Pradier ) du16/01/2009 au 07/03/2009, 04/07/2009 et 09/08/2009; Maladie d’amour : Ingres, Stratonice et Antochius du 20/10/2009 au 21/02/2011 et 23/04/2011 ( Patrice Tardieu ).

L’île de notre nostalgie (2.2.w ).

Patrice Tardieu

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans utraquistique
commenter cet article

commentaires

Jeanne R. 10/03/2012 23:24


Très cher Patrice Tardieu,
Je n'ai pas souvenir avoir écrit cela, ou alors je me serais mal exprimée, ce qui est fort probable. D'autant que j'ai toujours noté, en ce qui concerne la vie de tous les jours, que les hommes
(pour la plupart) sont plus dans l'action et les femmes dans les mots, ce qui fait déjà une vraie différence de psychologie entre les deux sexes ; aussi, j'imagine facilement qu'à l'époque de
Proust, il en était de même.
A vous lire,
Jeanne

Patrice TARDIEU 11/03/2012 22:14



Très chère Jeanne,


nous sommes d'accord sur ce point donc !



Jeanne R. 09/03/2012 23:57


Très cher Patrice Tardieu,
"une égalité absolue" dites-vous, mais je ne comprends pas votre question ?
A vous lire,
Jeanne


PS : Ceci dit, si je vous donne l'air de pontifier parfois dans mes commentaires, ne vous y fiez pas trop car ce n'est qu'une impression, d'autant que je peux aisément me contredire avec d'autres
arguments... ; en fait, je crois que j'avance surtout avec mes doutes. Et puis, souvent femme varie... vous connaissez la suite... D'ailleurs, Proust devait savoir cela aussi !

Patrice TARDIEU 10/03/2012 23:04



Très chère Jeanne,


il me semblait que vous avez affirmé qu'il n'y a aucune différence psychologique entre homme et femme ?



Jeanne R. 09/03/2012 00:46


Nous sommes bien d'accord, alors !

Patrice TARDIEU 09/03/2012 23:15



Très chère Jeanne,


je croyais que vous souteniez une égalité absolue ?



Jeanne R. 08/03/2012 00:34


Très cher Patrice Tardieu,
L'ombre et la lumière !
En fait, peut-être que Proust ne veut que l'ombre des jeunes filles et non leur lumière ? Sous-entendu qu'il ne veut pas chercher à les comprendre plus ni à les connaître davantage car son
éclairage n'est pas là mais, plutôt, chez les hommes, les hommes de son oeuvre.
A vous lire,
Jeanne

Patrice TARDIEU 08/03/2012 23:35



Très chère Jeanne,


Proust parle de l'impossibilité de connaître autrui, masculin ou féminin. Mais l'homme qu'il est a peut-être plus de difficulté à saisir les femmes.



Articles Récents

Liens