Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

13 septembre 2013 5 13 /09 /septembre /2013 23:15

Expirer en jouissant, volupté excessive, picotement des nerfs, combat des Parques et de Vénus, Sade.

Les voyageurs, bien que prévenus par Justine, subissent les assauts sexuels des tenanciers lubriques qui les tuent ensuite. Pour la d’Esterval, il est délicieux de tromper les hommes et « divin » de les faire expirer en jouissant: c’est le combat des Parques [ainsi nommées par antiphrase car elles n’épargnent (« parcere » en latin, « épargner ») personne puisqu’elles filent le destin de chacun et que la dernière, « Atropos »( « l’Inflexible ») coupe le fil de la vie] et de Vénus! En effet, « la dépravation est l’assaisonnement du plaisir » et « que serait la volupté sans excès? ». Son imagination lui suggère d’étendre ses désirs sur la terre entière car « c’est de la douleur occasionnée aux autres que naissent les plus doux plaisirs » en s’approchant de « la plus grande dose de bonheur imaginable ». En effet le bonheur n’existe que par comparaison, comme la richesse. A quoi Justine objecte qu’elle ne peut être heureuse que si les autres le sont. Pour Madame d’Esterval, c’est un bonheur mesquin, un petit plaisir qui n’excite pas suffisamment les nerfs, ne provoque pas un fort picotement.

Key word

: la dépravation assaisonnement du plaisir, volupté excessive, douleur occasionnée aux autres, le bonheur n’existe que par comparaison comme la richesse.

Key names

: Justine, Madame d’Esterval, les Parques, Atropos, Vénus. Sade, Épicure, Freud.

Key works

: Sade, la Nouvelle Justine, chapitre XIII. Épicure, Lettre à Ménécée [lettre sur le bonheur]. Freud, Au-delà du Principe de plaisir.

Patrice Tardieu

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans Marquis de Sade
commenter cet article

commentaires

SAINT-SONGE 17/09/2013 07:22


Pour les non-références, voir ma réponse au commentaire : vous êtes soixante-huitard ?... Ici ?..Résistance de suavitas à retrouver jusqu'au néant, il ne serait qu'un Inconnaissable unique de
mystique celtique qui réunirait la définition de l' Un(ique) Plotinien plus que le Dieu à toutes les sauces des autres religions monolithiques pour lesquelles je leur préfère, de loin, les
vérités des vrais soufis. En substance, ma position spirituelle, donc.

Patrice TARDIEU 17/09/2013 17:56



Le néo-platonisme de Plotin n'est pas compatible avec le soufisme!



SAINT-SONGE 16/09/2013 22:37


Oui, C'est le résumé de tout ce qu'il a recherché dans ce dixième Livre (dans "toutes les créatures et dans soi-même), bien évidemment, si vous tenez à l'ensemble quand je n'évoquais qu'une
partie ... Vous aimez alors les vues d'ensemble.

Patrice TARDIEU 16/09/2013 23:39



Il faut être exact dans vos références ( souvent absentes!).



SAINT-SONGE 16/09/2013 10:20


Oui, ce que je soulignais de même.


St Augustin, confessio laudi : Livre X, Chapitre XLI / "qu'on ne doit rechercher que Dieu seul"...

Patrice TARDIEU 16/09/2013 21:21



Ou chapitre XL ?



SAINT-SONGE 15/09/2013 21:00


lire : dieu (manque le "u", qui s'est échappé (comme tsimtsoum, tenez ! comme dieu, laissant l'homme à son sort)...


Cette définition chrétienne est surtout attribuée pour / à  Marie, en fait.

Patrice TARDIEU 15/09/2013 21:12



Culte mariale chrétien ici...



SAINT-SONGE 15/09/2013 20:59


Mais, je n'ai jamais supputer une once de contraire, c'est évident, d'autant que Maître Eckhart ne savait trop "comment définir l'incidible" une fois nommé Die

Patrice TARDIEU 15/09/2013 21:09



Il me semble que vous aviez écrit le contraire!



Articles Récents

Liens