Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 23:23

La thèse de Pascal Quignard est la suivante: on est passé de « l’érotisme joyeux et précis des Grecs » à l’érotisme romain mélancolique dans un « regard latéral, dans une attente sidérée »; du « phallus » grec dionysiaque, au « fascinus » romain effrayé; pendant le règne d’Auguste, auquel succède Tibère et sa pratique choquante pour nous d’utiliser son sexe comme d’un sein par des enfants non encore sevrés [ ce que raconte Suétone dans Douze Césars ]. Il collectionnait des dessins et des peintures pornographiques, et à Capri, organisait la rencontre sexuelle de jeunes filles et de jeunes garçons, pour le stimuler visuellement, selon des poses ordonnées par lui, des « tableaux vivants », où ils pouvaient être déguisés. Mais l’érotisme romain est très rigide: l’homme libre de naissance est actif, l’esclave ( homme ou femme ) est passif, la matrone, gardienne de la lignée assure la descendance, mais une fois fécondée, elle peut prendre des amants, Julie l’aînée disait: « Je ne prends de passager que quand la cale est pleine ». Chacun a un statut sexuel déterminé, les sentiments sont indécents, le devoir est strict tout en permettant des conduites qui peuvent nous sembler inconvenantes. Key word : érotisme joyeux, érotisme mélancolique, tableaux vivants, statut sexuel rigide. Key names : Pascal Quignard, Suétone. Key works : Patrice Tardieu, Lier, nouer, entrelacer, l’obligation de rendre et l’assujettissement dans le monde romain, Philo blog, 12/04/2013. Pascal Quignard, Le sexe et l’effroi. Suétone, Douze Césars. Patrice Tardieu.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans érotisme
commenter cet article

commentaires

Saint-Songe 06/12/2013 06:22


Pas gotcément , vous savez ... Relisez Louys Pierre... Surtout Pierre de Mandiargues...dans Lis de mer,....ce qui ne sont pas des Incongruités monumentales, ..., vous savez, ce qui est le sujet meme de l'esclavagisme de la femme...(dans le souvenir de ma
lecture : description d'une plage de sable...)...

Patrice TARDIEU 06/12/2013 22:29



Je trouve que vous allez un peu vite en besogne...



Saint-Songe 05/12/2013 18:27


Néanmoins juste, ce me semble, fût-elle succincte

Patrice TARDIEU 05/12/2013 23:55



La femme n'a pas du tout le même statut que l'esclave. Vous simplifiez à outrance et déformez.



Saint-Songe 05/12/2013 09:56


Ne dit-on pas que le thème (fortement masculin) est de "traiter" le sujet du bonheur exclusivement "féminin" dans l'esclavage où chaque femme (et homme féminisé, donc soumis) le trouve (ce
bonheur de jouir-là, le reste au demeurant ?) La femme ne trouverait son bonheur que dans l'esclavage/gisme... La "matrone" est une phallocrate décalée.

Patrice TARDIEU 05/12/2013 18:24



C'est une interprétation un peu rapide...



Articles Récents

Liens