Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 22:11

Destin tragique d’Abélard et d’Héloïse. Consolation est oubli. Pas de « travail » du deuil.

Le sort tragique d’Abélard et d’Héloïse, aussi connu que celui de Roméo et Juliette de Shakespeare bien plus tard ( Abélard fut émasculé par les ciseaux de Fulbert, oncle d’Héloïse, et les amants « star striked lovers » furent séparés à jamais) et surtout le fait qu’Abélard faisait partie des « hommes célèbres de la Patrie » évitèrent à leur double caveau d’être saccagé par les révolutionnaires français. Cependant la mort d’Abélard survint vingt-deux années avant celle d’Héloïse.

L'éloignement dans la mort de l'être aimé provoque une nostalgie indicible puisque c'est un être unique, irremplaçable qui disparaît et le mot "deuil" vient à juste titre du latin "dolere" qui signifie "souffrir". Mais il n’y a pas à faire son « travail du deuil » car un tel « travail » (du latin « trepalium », « instrument de torture »[ fait de trois pieux pour maintenir la victime]) serait une autre souffrance, l’effacement et l’oubli de l’être aimé.

Dans un tout autre domaine que celui de l’amour passion charnelle d’Héloïse pour Abélard et d’Abélard pour Héloïse; celui de l’amour filial, à la mort de ma mère, j’avais écrit: « La non-consolation dans laquelle je suis et veux rester. Consolation est oubli ».

Key word

:les amants séparés à jamais, nostalgie indicible de l’être unique, irremplaçable, deuil, souffrance, « travail » du deuil, instrument de torture, effacement et oubli de l’être aimé, la non-consolation.

Key names

:Abélard et Héloïse, Roméo et Juliette, Shakespeare.

Key works

: Correspondance d’Héloïse et d’Abélard. Shakespeare, Roméo et Juliette. Le blog de maud tardieu, 15, du 19 septembre 2010.

L’île de notre nostalgie, 6, 2, c.

Patrice Tardieu

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans nostalgie
commenter cet article

commentaires

SAINT-SONGE 30/07/2013 23:00


Pascal, empli de St Augustin, lui-même empli de Platon, etc...tout se rejoint 

Patrice TARDIEU 31/07/2013 13:08



Ni Augustin, ni Platon, etc...n'expliquent Pascal.



SAINT-SONGE 30/07/2013 22:59


Oh il n'y a pas que ça chez l'inventeur de la Pascaline, n'oubliez pas les Provinciales, que Madame de Sévigné emmenait lire chez ses amis ; puis justement , la vocation, Jésus-Christ dont le
christianisme l'a tué à 39 ans !... La Foi...

Patrice TARDIEU 31/07/2013 13:04



Je n'oublie en rien les Provinciales, lettres très caustiques et argumentatives, pleines d'esprit et de débats théologiques contre les jésuites ( oubliez Madame de Sévigné!).



SAINT-SONGE 30/07/2013 22:45


Justement, vous me faites relire Pascal : Misère de l'homme sans dieu (donc, un coeur plein d'ordures en quelque sorte)

Patrice TARDIEU 30/07/2013 22:53



Chez Pascal, c'est surtout l'angoisse devant ces espaces infinis... 



SAINT-SONGE 29/07/2013 23:59


"juger", n'est-ce pas étiquetter, donc toute étiquette, par cela, fausser ?

Patrice TARDIEU 30/07/2013 22:42



Non,un jugement peut être très subtil et complexe. Ce n'est pas une étiquette.



SAINT-SONGE 28/07/2013 23:46


Probablement..

Patrice TARDIEU 29/07/2013 23:36



Je laisse le jugement à qui de droit (théologique).



Articles Récents

Liens