Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 22:13

Art de Charcot, sculpture de la femme hystérique, Beaux-Arts et Hôpital psychiatrique, Paul Richer.

Georges Didi-Huberman, pour se faire ouvrir les dossiers de la Salpêtrière, sans éveiller les soupçons sur ses véritables intentions, avait donné comme titre à un soi-disant « petit travail universitaire »(qu’il s’est bien gardé d’appeler « une Thèse »): Charcot et l’Art. Mais je dirai que c’est ce qu’il montre contre son gré: Charcot devenu Pygmalion façonnant la « sculpture » de la femme hystérique, par ce nouveau moyen qu’est la photographie au dix-neuvième siècle. Il n’a fait photographier que des femmes dans toutes les poses « hystériques » qu’il a pu classifier( classées et nomenclaturées de A à L), exposer sous divers angles, les faisant poser devant des étudiants en médecine semblables à ceux des Beaux-Arts. D’ailleurs, Paul Richer, l’interne préféré de Charcot, était professeur d’anatomie artistique à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, et c’est lui qui dessina les quatre-vingt-six figures de l’hystérie. Rappelons aussi que le « maître » de Lacan, le psychiatre Gaëtan Gatian de Clérambault a été également professeur d’Esthétique et de Drapé à l’École des Beaux-Arts de Paris, lui qui avait publié Passion érotique des étoffes chez la femme (1908-1910) et réfléchit sur l’hystérie.

Si donc l’hystérie n’existe que s’il y a des spectateurs, Charcot est un des meilleurs metteurs en scène, pour tout dire, un « artiste » qui éventuellement, a « torturé » ses modèles, pour son génie, pour son « art » qu’il croyait purement médical.

Key word

: Charcot nouveau Pygmalion, sculpture de la femme hystérique, passion érotique des étoffes chez la femme,  l’art et l’art médical.

Key names

: Georges Didi-Huberman, Charcot, Paul Richer, Gaëtan Gatian de Clérambault, Lacan.

Key works

: Georges Didi-Huberman, Invention de l’hystérie; Gaëtan Gatian de Clérambault, Passion érotique des étoffes chez la femme (1908-1910).

Patrice Tardieu

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans sexologie
commenter cet article

commentaires

Jeanne R. 02/11/2012 12:33


Très cher Patrice Tardieu,
Je vous lis avec grand intérêt... Donc, du temps de Charcot, à défaut de la ou le comprendre, faire de l'hystérique ou de l'hystérie un art évitait de se poser mille et une questions quant au
pourquoi...
A vous lire,
Jeanne

Patrice TARDIEU 02/11/2012 23:16



Très chère Jeanne,


les Beaux-Arts et la clinique se confondaient!



Articles Récents

Liens