Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

7 octobre 2008 2 07 /10 /octobre /2008 13:22

Les Pourceaux

Cet épisode des pourceaux n’est pas sans rappeler (comme d’autres péripéties des Ecritures, le déluge par exemple) certains récits plus anciens. Ici, l’histoire d’Ulysse abordant l’île d’Aiaié ; « là vivait Circé aux belles boucles, la terrible déesse à la voix humaine, soeur d’Aiétès aux cruelles pensées ; tous deux étaient nés d’Hélios [dieu solaire], qui donne la lumière aux mortels, et avaient pour mère Persé, qu’Océanos avait eu comme enfant ». Partis en reconnaissance, certains trouvèrent la maison de Circé, l’ensorceleuse qu’ils entendent chanter. Politès se demande si c’est une divinité ou une femme, car elle est entourée de loups et de lions qui se comportent comme des chiens domestiques. Elle les invite à entrer et ils le font « dans leur folie », sauf Eurylochos. Alors elle leur donne un breuvage qui produit l’oubli de la terre paternelle et les transforme en porcs soyeux (comme  le sont ceux du tableau de Bourdon). Ulysse part délivrer ses compagnons, et , avec l’aide d’Hermès, dieu à la fois du remède et du poison, il déjoue le piège du philtre. Mais il doit affronter nu la couche de la déesse et lui demande de faire redevenir des hommes ses marins. La transformation accomplie, il va rechercher ceux qui restent. Mais Eurylochos tente de les en empêcher : « Malheureux, où voulez-vous aller ? Quel désir avez-vous de ces maux ? Pourquoi descendre au manoir de Circé, qui vous changera tous en porcs ? » dit-il fustigeant leur folie. Circé n’utilise pas sa magie cette fois-ci, mais retient tout le monde une année entière. Cependant Ulysse veut retourner à Ithaque ; la déesse lui annonce qu’il doit d’abord descendre dans le royaume des morts pour y interroger Tirésias, et pour y pénétrer faire différentes offrandes, notamment d’un agneau. Circé s’enveloppe alors «  d’un long voile éclatant de blancheur »5 (comme le personnage sur la droite dans la peinture de Bourdon) et a attaché un agneau au vaisseau noir d’Ulysse.

Beaucoup d’éléments semblent se retrouver dans les Evangiles : la folie, les pourceaux, la mer, l’intervention du divin ; sans parler du sacrifice de l’agneau et la tombée dans l’abîme infernal. Mais la différence majeure, c’est que  Jésus tient la place de la magicienne ! On sait que Bourdon peignit la chute de Simon le magicien, ce chef gnostique qui voulait acheter à Saint Pierre le don de faire des miracles !

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans mythologie
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Liens