Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

12 février 2008 2 12 /02 /février /2008 14:58

Obscénité et violence à l'origine du monde:

Histoires chaotiques ,terriennes et érotiques

de la théogonie hésiodique

 

 

 

"- Oui! Oui! Vous nous contez une plaisante histoire!

- Je conte justement ce qu'on verra dans peu.

- Chansons!"1


Socrate a-t-il vraiment refusé « de reconnaître les anciens dieux de la cité » et voulu « introduire d'autres et nouveaux dieux » selon l' accusation de Mélétos ? C'est le problème que nous allons essayer de résoudre.

 

Socrate traite Hésiode de menteur. Il dit à Adimante qu'il faut surveiller ces auteurs d'histoires et plus particulièrement Hésiode le plus menteur de tous2.Pourquoi l'outrance de ces propos ? Le lecteur moderne est étonné : Hésiode ne prône-t-il pas la justice (dikè), ne vitupère-t-il pas la démesure (hubris), n'est-il pas l'inventeur de la comparaison des différents hommes avec des métaux (or, argent, bronze et fer) que l'on retrouve dans la bouche de Socrate pour organiser la cité3? Peut-être faudrait-il suggérer une nouvelle exégèse du texte hésiodique (au sens du mot grec "exègèsis" qui signifie à la fois interprétation et traduction) qui puisse justifier une telle indignation ? En effet, Platon ne décolère pas depuis l'Ion, en allant jusqu'au Cratyle et au Théétète, pour ironiser sur Hésiode dans le Timée, comme sans doute Socrate au moment de son procès quand il prétend être heureux de mourir pour le rejoindre dans l'au-delà. Hésiode n'est qu'un sophiste déguisé qui a pris le manteau de la poésie (puisque l'art suprême du sophiste est très exactement de se conduire et de parler à l'identique du sage et de dénoncer la démesure des autres) : c'est ainsi que se comporte "l'honnête Hésiode"4. Consternation de Platon... Il est vrai qu'Hésiode raconte beaucoup d'histoires. Le verbe grec "muthologô" qui a donné en français "mythologie" veut d'ailleurs dire "raconter des histoires, des contes, des fables". Hésiode le reconnaît : des aèdes comme lui apportent l'évasion par leurs merveilleuses histoires ; histoire de la boîte de Pandore, histoire des âges de l'humanité, histoire de l'épervier et du rossignol, histoire de la jeune fille et du poulpe5... Rappelons que le mot histoire a lui-même une double signification. Il vient du grec "historia" qui désigne une recherche de la vérité, une exploration intellectuelle. C'est ainsi qu ' Hérodote, le "père de la connaissance historique", écrira pour la première fois un ouvrage intitulé "Historiai" (au pluriel), c'est-à-dire les enquêtes menées par lui "afin que le temps n'abolisse pas les travaux des hommes et que les grands exploits accomplis soit par les Grecs, soit par les Barbares, ne tombent pas dans l'oubli". Il pourra alors donner "la raison du conflit qui mit ces deux peuples aux prises"6. "Histôr" désigne donc le savant, le témoin car il se rattache à "heidon", "savoir", "voir". Mais "historia" a un deuxième sens, c'est celui de "récit fabuleux", "sornettes", en latin comme en français (c'est ainsi que Molière l'utilise dans l'épigraphe que j'ai citée). Tel est donc le problème : en quel sens les histoires relatées par Hésiode sont-elles des "histoires" ?

1 Molière,Tartuffe,II,2.

2 Platon,République,II,377d-e.

3 Hésiode, Les Travaux et les Jours(abrév.T&J),vers 9;191-215;106-201,cf Platon,Rép.III,415a-b et Politique 271c-273e.

4 Platon,Ion,530a;Cratyle,402b-c;Théétète,152e;Timée,40e-41a;Apologie de Socrate,41a;Protagoras,316d;Rép.,II,363a.

5 Hésiode, Théogonie (abrév.Thg), 94-103 ; T&J, 41-105 ; 109-201 ; 202-212; 519-528.

6 Hérodote, Histoires, I, 1-5.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans Philosophie
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Liens