Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

7 octobre 2016 5 07 /10 /octobre /2016 17:18

Le Droit au milieu de la force renversé par les sauvageons, mouvement historique chaotique, Tocqueville.
Tocqueville s’interroge sur le devenir des sociétés en comparant l’Europe aux États-Unis dans son ouvrage De la démocratie en Amérique. Pendant son séjour il a été frappé par un certain « esprit » ( dirait Montesquieu qui parle d’ « esprit des lois » ), celui de l’égalité des conditions ( qui n’est pas l’égalité des richesses [ la richesse est la preuve de la réussite dans les démocraties ! ] ). En France l’aristocratie n’a cessé de décliner. « Louis XI [ qui déposséda les nobles à son profit ] et Louis XIV [ qui centralisa à outrance, asservit la noblesse qu’il transforma en courtisans avec perte d’autonomie ] ont pris soin de tout égaliser au-dessous du trône, et Louis XV est enfin descendu lui-même avec sa cour dans la poussière [ c’est la fin de la monarchie absolue ] », quant à Louis XVI, qui participa activement à la naissance des États -Unis ( n’oublions pas le rôle important du marquis de La Fayette dès 1777 dont tous les américains de nos jours se rappellent le nom et le célèbrent ), il se fit guillotiner le 21 janvier 1793. Et évoquons un instant Marie Antoinette, guillotinée le 16 octobre 1793 qui n’a jamais dit : « ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent des brioches ! » car cette phrase vient d’un épisode des Confessions de Jean-jacques Rousseau où il avoue avoir volé du vin et voudrait manger du pain, mais a été obligé de se rabattre sur des brioches !
Depuis le onzième siècle, en Europe, « le noble aura baissé dans l’échelle sociale, le roturier s’y sera élevé ; l’un descend, l’autre monte. Chaque demi-siècle les rapproche, et bientôt ils vont se toucher », c’est un processus continu. « Pense-t-on qu’après avoir détruit la féodalité et vaincu les rois, la démocratie reculera devant les bourgeois et les riches ? […] Où allons-nous donc ? Nul ne saurait le dire ». D’où la « terreur religieuse » de Tocqueville « par la vue de cette révolution irrésistible » ! Ce développement du nivellement s’est-il fait dans la clarté et la clairvoyance grâce à une « science politique » ? Non ! On n’a rien prévu et ce mouvement historique est incontrôlable ! La démocratie « a grandi comme ces enfants, […] privés de soins paternels, qui s’élèvent d’eux-mêmes dans les rues de nos villes » ( cf. les « sauvageons » : enfants farouches sauvages comme les arbres qui se sont développés sans avoir été cultivés ). [ Tocqueville fait allusion sans doute à la Terreur pendant la Révolution Française où l’on a coupé les seins et la vulve de Mademoiselle de Lamballe, en septembre 1792, amie de Marie-Antoinette, s’occupant de l’enfance malheureuse, rue Saint Martin à Paris, vulve qui a servi de moustache à un « patriote », à l’hilarité générale. Il pense aussi sans doute à l’égoïsme individualiste de l’égalité des conditions alors que l’on devrait penser au bien-être de tous ]. Paradoxalement les inégalités étaient acceptées sous l’ancien régime car la supériorité et la hiérarchie des aristocrates étaient perçues comme naturelles et légitimes, comme « une sorte de droit au milieu de la force ». Quels seraient les bienfaits théoriques de la démocratie ? Le bien-être général, l’éducation de tous, le respect rationnel des lois, l’intérêt de tout le monde ; que « les barrières élevées entre les hommes s’abaissent ». Mais la destruction de l’aristocratie et le passage à la démocratie n’ont-ils eu que des effets positifs ? Il y a perte de certaines qualités sans qu’il y ait de compensation : la société démocratique fabrique des individus égoïstes en conflit les uns avec les autres, avec revendications, n’obéissant à la loi que par crainte, poursuivant un intérêt personnel dans l’absence de tout respect, plein d’envies et de haines mutuelles basées sur des passions égocentriques, « on a des désirs, des regrets, des chagrins et des joies qui ne produisent rien de visible, ni de durable ».
Et qu’en est-il du monde intellectuel ? Chacun lutte pour ses opinions, on se retrouve au milieu d’un combat et de désordres, dans un langage outrancier où tout est remis en question. « Il semble qu’on ait brisé de nos jours le lien naturel qui unit les opinions aux goûts et les actes aux croyances » ; le christianisme qui a pour dogme que tous les hommes sont égaux devant Dieu, est attaqué comme antidémocratique. Tout est renversé, abandonné, ébranlé ; il y a un grand désordre, une agitation perpétuelle. Pourtant pour fonder les mœurs, il faut des croyances. Mais l’on voit des « esprits libres » parler en faveur de l’esclavage et des esprits serviles prôner la liberté, et des hommes de qualité devenir contre toutes nouvelles idées. C’est la confusion généralisée. Bref, « rien ne semble plus défendu, ni permis, ni honnête, ni honteux, ni vrai, ni faux ».
D’où l’intérêt d’étudier l’Amérique, ses lois et ses mœurs et d’y trouver des enseignements, sans en faire un panégyrique car « il n’y a presque jamais de bonté absolue dans les lois » dit Tocqueville qui a été pourtant magistrat sous la Restauration ( 1814 - 1830 de Louis XVIII puis Charles X ), député puis Ministre des Affaires Étrangères en 1849 sous la deuxième République, mais il se retire des affaires politiques après le coup d’État de Napoléon III le 2 décembre 1852 qui instaure le Second Empire !
Conclusion : « J’avoue que dans l’Amérique j’ai vu plus que l’Amérique ; j’y ai cherché une image de la démocratie elle-même, de ses penchants, de son caractère, de ses préjugés, de ses passions ».
Dans une note, Tocqueville cite l’ouvrage de son compagnon de voyage en Amérique qui aborde le problème de la situation des noirs au milieu de la société anglo-américaine ( Gustave de Beaumont, Marie ou l’Esclavage aux États -Unis, pas encore paru au moment où il écrit ).
J’ai aperçu le titre actuel d’un livre, Les noirs américains, des champs de coton à la maison blanche. Et je ferais remarquer les prénoms musulmans de l’actuel Président des États -Unis : Barack Hussein Obama ( n’oublions pas son discours du Caire le 4 juin 2009 ). Beaucoup de noirs pour s’opposer au christianisme des anglo-américains se sont convertis à l’Islam ( comme Cassius Clay, le boxeur poids lourd, d’un mètre quatre-vingt onze, devenu Mohamed Ali en 1964 pour « abandonner son nom d’esclave », mais son arrière grand-père était irlandais et le nom de « Clay » est célèbre aux USA pour être celui d’un abolitionniste du dix-neuvième siècle ! ) oubliant la « traite orientale » des Empires arabes et ottomans sous contrôle musulman qui a déporté dix-sept millions de noirs du septième siècle à 1920 ( fournissant main d’œuvre servile, harem, concubines, prostitué (e)s, eunuques, artisans, mineurs, soldats…).
Il y a aussi la « traite occidentale » et son commerce triangulaire : des esclaves issus de guerres tribales étaient achetés à des fournisseurs noirs africains ( troc de marchandises contre prisonniers de guerre ) ; onze millions de personnes à partir du quinzième siècle.
Enfin la « traite intra-africaine » , toujours issue de guerres tribales, quatorze millions de personnes depuis le onzième siècle.
L’abolition officielle de la traite des noirs date de 1807 au Royaume-Uni , de 1808 aux États- Unis, de 1815 en France ; l’abolition de l’esclavage de 1833 au Royaume-Uni ; de 1848 en France ; de 1860 aux États -Unis.
Voilà de quoi réfléchir sur l’humanité, sans parler du Goulag soviétique dès Lénine, ni de Mao « le plus grand criminel de l’histoire » ( L’Obs, 18 - 24 août 2016 ).
Key Word : Devenir des sociétés, égalité des conditions, fin de l’aristocratie, de la noblesse, de la monarchie absolue, bourgeois, riches, mouvement historique incontrôlable et imprévu, les sauvageons, la terreur, supplices, égoïsme individualiste, envie et haine, lutte des opinions, langage outrancier, désordre, confusion généralisée, démocratie, les noirs dans la société anglo-américaine, l’esclavage dans les Empires arabes et ottomans, le commerce triangulaire occidental, la traite intra-africaine issue de guerres tribales.
Key Names : Tocqueville, Montesquieu, Rousseau, Louis XI, Louis XIV, Louis XV, Louis XVI, Marie-Antoinette, le marquis de La Fayette, Mademoiselle de Lamballe, Louis XVIII, Charles X, Napoléon III, Gustave de Beaumont, Barack Hussein Obama, Cassius Clay.
Key Works : Tocqueville, De la démocratie en Amérique, Montesquieu, L’esprit des lois, Rousseau, Confessions, Gustave de Beaumont, Marie ou l’esclavage aux États -Unis.
Patrice Tardieu.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans civilisations
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Liens