Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

8 septembre 2016 4 08 /09 /septembre /2016 19:02

Onanisme, prostitution, perruque, eaux d’amertume, pudeur et impudeur féminines.
Je vais maintenant aborder le problème du voile dans la religion juive. La Torah comprend les cinq premiers livres de La Bible et la loi mosaïque. Dans le premier livre, La Genèse, se trouve l’histoire de Juda ( à ne pas confondre avec Judas Iscariote, l’apôtre qui trahit Jésus ) et de Tamar dont sont issus les clans de Pérèç ( ancêtre de David ) et de Zérah. Voici le récit : Juda quitte ses frères et se rend chez un homme d’Adullam nommé Hira. Il y voit la fille d’un cananéen qu’il prend pour femme et dont il a trois fils : Er, Onan, Shéla. Il donne une femme à Er, nommée Tamar, mais celui-ci meurt. Il dit alors à son second fils de prendre Tamar comme épouse et d’assurer la postérité de la famille, cependant Onan sait que ce ne sera pas sa propre postérité mais celle de son frère et alors « il laissait perdre à terre sa semence » ( Genèse 38, 9 ), c’est ce qu’on appelle en français « l’onanisme ». Juda veut donner Tamar à son troisième fils, Shéla, mais celui-ci est trop jeune, il demande à Tamar de patienter et de retourner en attendant chez son père. Bien des jours passèrent et la femme de Juda mourut, et Tamar n’était toujours pas mariée au troisième fils. Alors Tamar « quitta ses vêtements de veuve, elle se couvrit d’un voile, s’enveloppa, et s’assit à l’entrée d’Enayim » ( Genèse, 38, 14 ). « Juda l’aperçut et la prit pour une prostituée, car elle s’était voilé le visage » ( Genèse, 38, 15 ). Il veut un rapport sexuel avec elle ; elle y consent s’il lui donne plus tard un chevreau, et son sceau, son cordon et sa canne en attendant. Il la met enceinte. Juda lui envoie le chevreau mais veut récupérer les objets en gage. On lui dit que sa belle-fille Tamar s’est prostituée ! Elle fait valoir que c’est de Juda lui-même qu’elle est enceinte ! Juda finit par reconnaître qu’elle est plus juste que lui et elle accouche de Pérèç et de Zérah. Conclusion que l’on peut tirer de cette histoire biblique : le voile est la signalétique de la prostitution !
Dans la loi mosaïque, il y a l’épisode de l’épreuve de la femme soupçonnée d’adultère. Le prêtre lui dénoue la chevelure et lui fait boire des « eaux d’amertume ». Ce rituel doit permettre de distinguer la femme innocente de celle qui est fautive ( Les Nombres, 5, 16-29 ). Mais il n’est pas question de voile. D’après la « Mishna » ( « Enseignement oral » ) qui est un recueil de commentaires sur les textes bibliques et qui fait partie du « Talmud » ( « Étude » ), il est question d’une « capuche » que la femme devrait porter selon « l’orthodoxie » ( « l’opinion droite » ) ashkénase des juifs d’Europe centrale ( que l’on oppose aux juifs d’Espagne et du Portugal, les séfarades ). Il est question aussi de lui faire mettre une perruque ( « sheytel » en yiddish ) qui est apparue au dix-huitième siècle ! Je ferais remarquer qu’à cette époque tous les nobles ( hommes et femmes ) se rasaient la tête et portaient perruque ! Il est évident que toutes ces discussions ont pour objet en fait la « pudeur » ( « tsenouit » ) ou l’impudeur de la femme. Il y a des rabbins qui considéraient que toutes les parties de son corps sont impudiques, même le petit doigt ! Il me semble que toutes ces discussions révèlent plutôt les pensées des hommes !
Key Works : Comment dissimuler, effacer, supprimer le corps, le visage, les yeux, les formes, l’être de la femme, le voile devant la face comme un rideau fermé, Philo blog 16 août 2016 ;
Atours, parure érotique, voile ou tête rase ? Le jeu de la séduction. Les filles de Sion, de Babylone, Rebecca et Isaac, Le Cantique des Cantiques, Philo blog 30 août 2016.




















Partager cet article

Repost 0
Published by Patrice TARDIEU - dans politique et religion
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Liens